Tous dans le métro ?

eFC logo

Les banquiers de Deutsche Bank sont fermement invités à prendre les transports en commun et à faire une croix sur les sorties dans les stripclubs. Bank of America veut faire des économies sur les savons (si, si !). Mais jusqu'où les banques vont-elles aller dans la surenchère des réductions de coûts ? Le moral et les atours des banquiers sont désormais en jeu !

Après l'embauche chez Citigroup de Mark Rufeh, Monsieur productivité de Credit Suisse, puis l'intention insensée de Bank of America

de ne plus procurer de savon ou encore de thé parfumé à ses chers banquiers, c'est au tour de Deutsche Bank de vouloir resserrer les boulons.

Selon The Times, la banque allemande aurait obligé ses banquiers, même les plus en vue, à prendre quasi systématiquement le métro et à oublier la première classe. De même que la douche et le rasage de ces messieurs sortant de l'avion le matin après un long voyage se feront désormais à l'aéroport plutôt qu'à l'hôtel. Inutile enfin de rappeler que les Amex ne doivent être en aucun cas utilisées pour des sorties dans les stripclubs, y compris quand il s'agit de convaincre un client de signer un contrat.

Y a-t-il encore seulement un intérêt à être banquier ? Les managing directors de Deutsche Bank vont-ils survivre à la seconde classe ? Comment les banques françaises se comportent avec leurs troupes ? Était-il, de toute façon, enfin temps que l'industrie redescende sur terre ? Vous avez totale liberté de parole (ça, au moins, on ne peut pas vous l'enlever) !

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close