OPINION : Avouez-le, vous n'êtes pas assez bon pour travailler en M&A

eFC logo

Alors comme çà, vous imaginez que vous pouvez facilement travailler dans le secteur des M&A ? Vous pensez que parce que les M&A ne nécessitent pas un doctorat en mathématiques, ce sera une partie de plaisir ? Détrompez-vous.

Les M&A sont une activité exigeante. Si le travail n'est pas tout le temps stimulant, c'est sans compter l'incroyable pression qui s'exerce lorsque deux sociétés géantes fusionnent ou cèdent leurs actifs entre elles. Le patron de votre patron n'est autre que le PDG de l'entreprise, un homme (et c'est généralement un homme) constamment sous la pression massive de son conseil d'administration et de ses actionnaires à qui il doit rendre des comptes quotidiennement. Il a un ego et un bulletin de salaire à l'avenant. Et aussi sûrement que l'eau dévale la colline, la pression vous concernera très rapidement.

Les banquiers M&A doivent maîtriser à fond leur métier. Comme toute entreprise qui perçoit des commissions exorbitantes pour un travail assez basique, les mondanités des évaluations arithmétiques se sont suffisamment développées pour mériter pleinement l'accusation de mxxxx en boîte. Si vous avez déjà plongé le nez dans l'une des bibles d'évaluation produite par les banques à destination des programmes de formation de leurs nouvelles recrues, vous saurez ce que je veux dire. Un spécialiste M&A doit pouvoir expliquer aux clients, avec un visage impassible, pourquoi telle analyse complexe est nécessaire tout en leur faisant sentir qu'ils obtiendront une meilleure évaluation contre des espèces sonnantes et trébuchantes.

Le souci du détail , n'est pas seulement une qualité anecdotique que l'on trouve dans les descriptions de postes, c'est une qualité essentielle à la réussite des transactions. Si vous ne pouvez pas vous rappeler ce que sont les multiples d'une petite transaction listée à la page 96 de l'ancienne version de l'attestation d'équité, le dimanche soir à 22h30 après trois jours sans avoir fermé l'ceil et que vous êtes en pleine conférence téléphonique avec toute votre équipe ainsi que le client, alors il y a une forte probabilité que votre carrière se termine là.

Ironie du sort pour un travail si chronophage : on vous rappellera à votre bon souvenir la moindre erreur !

Somnambules Abordons l'absence de sommeil. En plein milieu d'une transaction, vous êtes peu susceptible d'avoir du répit. Êtes-vous prêt à vieillir de cinq ans en trois mois ? J'ai vu cela se produire. Peut-être aurez-vous la chance de vous reposer un peu sur les cuvettes des WC. Pour ma part, j'avais pris l'habitude de me faufiler dans le bureau du président de la zone EMEA de la banque d'investissement pour faire la sieste dans son grand fauteuil de cuir... entre 3 heures et 5 heures du matin.

Quand vous quitterez le travail, vous serez trop détruits physiquement pour vous faire plaisir. Vous aurez beau avoir un lit douillet qui vous attend à Notting Hill, vous ne serez jamais là pour en jouir. Vous sacrifierez votre vie sociale à rattraper le sommeil. La prochaine fois que vous verrez quelqu'un somnoler à une table dans un night club un vendredi soir alors que tout le monde fait la fête, vous saurez pourquoi.

Je pourrais continuer encore longtemps, entre les voyages non-stop, la hiérarchie brutale et une politique de présence intensive (si vos clients sont des entreprises, votre équipe deviendra un appendice de ces entreprises). Mais je préfère vous laisser découvrir par vous-même. Après tout, n'importe qui peut le faire, n'est-ce pas ?


L'auteur est un ancien banquier M&A qui a décidé de se reconvertir dans le capital investissement à Londres.

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close