Dexia vole à nouveau de ses propres ailes

eFC logo

Demain, la banque franco-belge procédera à sa première opération de financement long terme sur les marchés sans le soutien des Etats qui l'ont sauvé de la faillite à l'automne 2008 et tenu à flot depuis lors.

Pierre Mariani, administrateur délégué de Dexia, se montre confiant. Dans une interview donnée au quotidien Les Echos, le CEO de la banque a fait valoir que la banque avait déjà bouclé son financement pour 2010 et se montrait également en avance sur ses cessions de portefeuille obligataire. Une scission ou un adossement de Dexia sont ainsi aujourd'hui peu probables, selon lui.

Fermeture de la succursale de Dexia Banque Belgique à Londres

La banque s'en tient à sa nouvelle orientation qui consiste à se renforcer sur la banque de particuliers en Belgique en particulier. Reste 240 millions d'euros d'économies à réaliser sur les 600 millions fixés à l'automne 2008. Comme par le passé, nous ferons en sorte de limiter au maximum les départs contraints, a déclaré Pierre Mariani, avant d'indiquer que la succursale de Dexia Banque Belgique à Londres sera fermée. Parallèlement, la banque souhaite renoncer à son implantation au Japon.

Ces informations ont peu de chances de contenter les syndicats en Belgique, où l'on compte le nombre de collaborateurs le plus élevé (soit 14 491 sur les 35.234 salariés du groupe). Car pour la CGSLB, ce ne sont pas 240 millions mais 295 millions d'euros que Dexia doit encore économiser.

La direction menace surtout de s'en prendre à l'emploi et même de licencier sec si l'ensemble du personnel - à l'exception d'elle-même et de ses chers consultants - ne fait pas preuve de souplesse, dénonce la CGSLB dans un récent communiqué.

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close