Facebook : gardez le silence ou votre employeur se retournera contre vous !

eFC logo

Après une serveuse de pizzeria aux Etats-Unis, c'est au tour de trois employés français du cabinet Alten de payer l'addition pour avoir commis le crime de critiquer leur employeur sur Facebook.

L'affaire, révélée jeudi par France Info, remonte à décembre 2008.

L'un des salariés, s'estimant mal considéré par sa direction, avait ironisé sur sa situation en indiquant, sur sa page personnelle, faire partie d'un "club des néfastes". Les deux autres salariées impliquées dans le litige s'en étaient amusés en écrivant: "bienvenue au club".

Un "ami" des employés sur Facebook, ayant accès à leur conversation, avait fait une copie des propos tenus et les avait transmis à la direction de l'entreprise. Quelques semaines plus tard, ils avaient été licenciés pour "incitation à la rébellion" et "dénigrement de l'entreprise".

Comme la fameuse (et défunte) liste rouge publiée par le ministère du Travail en février l'avait déjà suggéré, les SSII ne sont montrent pas toujours d'excellents élèves en matière de gestion des ressources humaines.

Mais la question aujourd'hui est ailleurs : peut-on encore faire confiance à Facebook ? La fronde anti-Facebook s'organise. Deux Canadiens ont décidé de passer à l'action en organisant le 31 mai prochain le "Quit Facebook Day" !

Si vous n'êtes pas prêt à sauter le pas mais que l'envie de critiquer votre employeur (objectivement, bien sûr) vous démange, peut-être serait-il plus constructif d'adresser vos griefs sur des sites spécialisés pour ça tels notetonentreprise.com ou jobfact.com !

Close