D'un ex-Lehman : "Quitter votre emploi pour faire un MBA pourrait être votre plus mauvais changement de carrière"

eFC logo

Vous avez un emploi et n'avez pas prévu d'aller ailleurs? Considérez-vous comme chanceux. Dans le marché actuel, quitter un travail pour suivre un MBA, en particulier l'un des programmes MBA en accéléré comme en recense le Wall Street Journal, est une chose très stupide à faire.

S'il permet d'apprendre de nouvelles compétences et d'atteindre un niveau d'études qui augmente vos chances d'être recruté, le MBA reste une expérience coûteuse et prenante. Avant de vous jeter à l'eau, réfléchissez sérieusement si, lorsque votre moral est au plus bas, vous pouvez supporter le pire des scénarios, à savoir être diplômé sans emploi et lourdement endetté.

Une bonne amie à moi travaillait comme chef de produit dans une entreprise de grande consommation. Frustrée par son travail, elle a postulé et a été admise dans l'une des trois meilleurs écoles de commerce européennes. Elle a quitté son entreprise et a rejoint le programme MBA en septembre 2008. Elle est sortie diplômée le mois dernier et son timing ne pouvait pas être pire:son ex-employeur a gelé les embauches, le recrutement sur le campus s'est réduit à une peau de chagrin et ses espoirs de devenir consultante en management sont partis en fumée.

Même quand la conjoncture était meilleure, retrouver du travail après un triple changement de carrière (secteur/fonction/localisation) restait délicat. Dans le marché du travail actuel, les recruteurs sont moins enclins à prendre de risques. Si vous êtes désireux de changer de carrière, optez pour une formation de longue durée pour augmenter vos chances de retrouver une offre d'emploi à temps plein.

Dans des moments comme aujourd'hui, si après tout faire un MBA fait sens, un programme de deux ans sera mieux encore. Il peut être plus coûteux, mais à moins que vous ne soyez suffisamment calé pour prédire quand l'économie repartira, auquel cas vous auriez tout à gagner à investir sur les marchés, un programme de deux ans vous donnera un peu plus de temps pour trouver le bon emploi. Le coût d'opportunité est encore faible (par rapport aux années de croissance) et le stage d'été vous donnera la chance de tester vos préférences professionnelles.

Un MBA de deux ans vous donnera aussi plus de temps pour faire du réseautage. Une semaine de travail de 100 heures dans le programme accéléré ne vous laisse pas beaucoup de temps pour socialiser, à la différence du programme de deux ans qui vous permet de bâtir un solide réseau d'amis sur lequel vous pourrez compter en cas de coup dur. Au cours des huit derniers mois, j'ai changé deux fois d'emploi. A chaque fois, c'était grâce à mes anciennes connaissances en école de commerce.

Pensez raisonnablement et ne soyez pas pressé. Un MBA n'est pas forcément la clé d'un revenu à six chiffres ni la vie au sommet de la chaîne alimentaire. Dans le pire des cas, vous pourriez même vous retrouver endetté.

Close