☰ Menu eFinancialCareers

La salle de marchés bruxelloise de BNP Paribas Fortis retient son souffle

Six mois et 340 groupes de travail. C’est ce qu’il aura fallu au groupe BNP Paribas pour préciser les contours de son “plan industriel”. L’intégration de Fortis à BNP Paribas permettra au groupe de dégager 900 millions d’euros de synergies annuelles à partir de 2012, 80% de plus que l’estimation publiée en mai. Les économies d’échelle portent sur l’organisation, les systèmes d’information, les locaux, les achats et les ressources humaines. La banque continuera toutefois à recruter au rythme de 1.500 embauches annuelles, a affirmé Baudouin Prot, patron de BNP Paribas.

L’intégration se traduira en Belgique dans la plus mauvaise des hypothèses par 750 suppressions de postes étalées sur trois ans, selon CGSLB (romandie.com). La réduction des effectifs viendra pour l’essentiel de départs naturels ou volontaires , indique toutefois BNP Paribas Fortis. Conformément aux engagements pris vis-à-vis de l’Etat belge pour limiter les suppressions de postes, les quatre centres de compétences nouvellement créés en Belgique (Corporate & Transaction Banking Europe, Global Factoring, Trade Services et Cash Management) seront développés.

Deux mille fonctions propres à l’ancienne structure disparaîtraient, compensées en partie par 700 créations d’emploi dans le secteur commercial et 550 liées aux nouvelles plates-formes de compétences (awp/afp).

L’activité CIB représente 41% des synergies de coûts

Les professionnels de la banque de financement et d’investissement ont du souci à se faire. L’activité CIB du groupe représente 41% des synergies de coûts planifiées, liées à l’intégration des activités du Merchant Banking de Fortis sur la plate-forme mondiale de Corporate and Investment Banking de BNP Paribas, soit 368 millions d’euros.

Les 300 employés front-office de la salle de marché de BNP Paribas Fortis à Bruxelles sont donc ceux qui ont le plus à craindre. Le groupe a certes promis de ne pas procéder à des licenciements secs et de privilégier les mutations au sein du groupe, il reste toutefois difficile pour la plupart de ces professionnels de se réorienter en interne. Il y a bien les activités de conseil corporate mais c’est sans compter les mêmes rémunérations variables. Une partie d’entre eux décideront certainement de partir, d’autres réussiront à se relocaliser à Paris ou Londres , nous confiait un représentant de la CGSLB chez BNP Paribas Fortis. Les professionnels ont tout intérêt à garder également un ceil sur les plateformes du groupe aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Asie. Un conseil d’entreprise aura lieu lundi prochain au sujet des activités CIB basés en Belgique.

Mieux vaut travailler dans le financement des matières premières que les produits structurés

A priori, les activités les moins menacées sont celles où Fortis Merchant Banking a développé une forte expertise telles que le financement des matières premières et les midcaps. En revanche, les spécialistes des produits structurés ont plus de soucis à se faire alors que le groupe précise que la diminution des actifs pondérés opérée dans le cadre de l’intégration de Fortis proviendra en partie de l’extinction progressive des portefeuilles d’actifs structurés (soit 12 milliards d’euros).

En Belgique, les synergies atteignent au total 124 millions, dont 93 millions d’euros pour les activités de banque de détail et de banque privée et 31 millions d’euros pour les activités de banque commerciale.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici