Fortis et BNP Paribas : que se passera-t-il après le oui de l'AG ?

eFC logo

L'accord renégocié semble avoir le vent en poupe. Des actionnaires qui ont voté non le 11 février semblent avoir changé d'avis. Il est fort probable que le personnel de Fortis passe dans le giron de BNP Paribas dans quelques semaines. Un groupe d'importants actionnaires familiaux en particulier semble avoir changé son fusil d'épaule.

Le personnel de Fortis est soulagé d'enfin sortir de l'incertitude. Pascal Detienne, délégué syndical, constate : les gens sont rassurés, ils savent désormais où ils vont aller. Cet état d'esprit est le même dans les services centraux et dans le réseau d'agences. Il y a au moins un bémol : Certains centres de compétences resteront en Belgique. En ce qui concerne la salle des marchés de Fortis, rien n'a encore été décidé.

Jérôme De Meestere, analyste chez Test-Achats Invest, n'est pas aussi optimiste : On a vu par le passé que les garanties données par les repreneurs étrangers sont rarement respectées. Pour faire les 500 millions d'euros d'économie annoncés, la seule solution est de réduire l'emploi. Heureusement, la pyramide des âges de Fortis entraîne mécaniquement 1 500 départs par an.

L'arrivée de BNP Paribas dans le capital de Fortis pourrait représenter des créations d'emplois en Belgique. Le communiqué de BNP Paribas contient la phrase BNP Paribas confirme son intention d'implanter plusieurs de ses centres de décision européens ou mondiaux en Belgique . Anne-France Simon, porte-parole de BNP Paribas, tient à nuancer : Le nombre, la taille et le calendrier de ces implantations ne sont pas connus pour l'instant mais cette volonté d'implanter des centres de décision a été confirmée au plus haut niveau.

Close