☰ Menu eFinancialCareers

Un prop trader quantitatif fait la lumière sur son travail

Un prop trader, sans doute un quant (crédit photo : Wikipédia)

Un prop trader, sans doute un quant (crédit photo : Wikipédia)

Dans son excellente série de témoignages d’acteurs du monde bancaire, le quotidien d’informations britannique The Guardian a interviewé quelqu’un qui se définit comme un « prop trader quantitatif ». Si vous voulez faire carrière dans le trading, vous serez sans doute intéressé par les fondamentaux de sa fonction, dont nous avons reproduit des extraits ci-dessous.

Gardez à l’esprit que si avec la Règle Volcker, de nombreuses banques d’investissement américaines se sont retirées du prop trading, dans certains cas cela les a tout simplement encouragés à déplacer leurs prop traders vers leurs filiales de gestion d’actifs.

Voici comment le prop trader du Guardian explique son travail :

1. La banque lui donne de l’argent pour faire de l’argent

« Il y a deux sortes de traders dans les banques. Les market makers qui utilisent l’argent de leurs clients pour faire de l’argent pour ces derniers, en prélevant une commission. Et les prop traders comme moi qui utilisons le cash qui nous est donné par la banque pour faire de l’argent pour celle-ci ».

2. En tant que « prop trader quantitatif », il met en place une stratégie mathématique basée sur une intuition et une enquête pour savoir si cette intuition s’est révélée exacte dans le passé

« Je vais avoir une idée d’un modèle de marché, du genre : comment les précipitations inhabituelles en Argentine se traduisent par des prix du blé plus élevés ».

« Ce sera mon “idée”. La prochaine étape est l’analyse statistique, où je vais analyser des données historiques… je lance des analyses et si le modèle fonctionne, je travaille à partir du seuil auquel nous devrions acheter, puis vendre ces actions ».

3. Il se penche ensuite sur la probabilité que sa théorie fonctionne à long terme

« Quelle est la probabilité pour que le modèle fonctionne jusqu’au bout : une fois sur trois ? une fois sur quatre ? Vous avez besoin d’une forte corrélation ».

4. Puis il se penche sur la probabilité que la mise en œuvre de sa stratégie de trading ne se retourne pas contre lui

« Une autre chose à examiner est de savoir si la transaction que j’étudie, en cas d’exécution, “fera bouger” le marché de sorte que le prix de l’action sera affecté par mon achat ? »

5. Il examine si sa stratégie sera viable dans les limites qui lui sont imposées par la banque

« Puis il y a les limites de trading; je ne peux pas prendre trop de risques et ma stratégie doit en tenir compte. Les gens ont beau penser que nous sommes joueurs, nous sommes en réalité très attentifs et prudents ».

6. Il affirme que la réussite d’un prop trader quantitatif repose sur le fait d’avoir des idées, mener l’analyse historique et élaborer un programme de trading viable qui peut exploiter des bagouts historiques pour faire de l’argent

« En anticipant les réactions logiques à des événements ayant une incidence sur une action, une marchandise ou un produit financier en particulier, je trouve des idées de trading. J’exploite les données pour confirmation statistique, élabore un programme de trading afin d’exploiter ces modèles et quand la chance de gagner réellement de l’argent grâce à ce programme se présentera, nous foncerons… ».

7. Il dit que les prop traders sont analytiques et délibératifs alors que les flow traders pensent et décident rapidement

« Un bon trader market-making aura un instinct développé sur le fonctionnement du marché, pensera et décidera rapidement. Les traders quantitatifs comme moi prennent plus de temps : nous sommes plus rationnels et conventionnels ».


8. Il dit que vous feriez mieux de faire du prop trading déjà dans une banque puis dans un hedge fund

« Les hedge funds travaillent avec l’argent des autres, et ils peuvent tout à coup paniquer et prendre leur argent. Ce genre de chose peut vraiment ruiner votre stratégie… Un investisseur de hedge fund sera très alarmé par une performance négative qui s’étend sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Pas une banque. Mais la banque aura lieu de s’inquiéter si, d’un jour sur l’autre, vous passez de gains importants à de lourdes pertes ».


9. Il dit que les prop traders sont payés selon un pourcentage de leurs bénéfices

« Mon salaire est de 180 000 € par an, auquel s’ajoute le bonus. Ce dernier peut être beaucoup plus important que mon salaire (parfois un multiple de celui-ci). Dans cette activité, vous pouvez facilement mesurer les bénéfices, et les gens comme moi sont souvent payés sur un pourcentage de ces bénéfices ».


10. Il dit que le prop trading trading a de l’avenir

« Depuis que la performance est mesurable, le prop trading est incroyablement méritocratique. Je travaille avec quelques-uns des types les plus brillants de ce bas monde. C’est énormément difficile et stressant mais passionnant. Une fois par an, le bonus tombe et c’est très agréable. Mais est-ce que je fais ce métier uniquement pour l’argent ? En aucun cas : si je n’étais pas heureux tous les jours, je partirais. J’ai d’autres opportunités. Pour quelqu’un avec mon état d’esprit, c’est le plus beau métier du monde ».

commentaires (3)

Comments
  1. Il est important de préciser la différence entre le Prop Trader Quant et le Prop Trader :
    un Quant n’est pas propriétaire du modèle qu’il développe…….
    en conséquence de quoi si un jour il lui prenait de partir dans un HF avec son modèle, il ne le pourrait pas et devrait redémarrer “from scratch”.
    Quant à l’avenir de ce métier, les établissements auront toujours de quoi contourner les règles, donc ce n’est pas un soucis….

  2. Bonsoir,

    ca me fait bien rire les commentaires de ce trader prop. Il veut des pourcentages sur les bénéficies mais qui lui donne la ligne de crédit à utiliser, les limites, la recherche interne tout en sachant que vu les volumes ils peuvent diriger le marché à la hausse ou à la baisse. il veut un pourcentage du bénéfice!!!! mais de quelle bénéficie parle il? il n’a qu’à monter son entreprise et faire çà sur ses fonds propres et là son bénéfice correspondra à son P&L.Ses commentaires sont d’un cynisme à couper le souffle. Et quand il fait perdre de l’argent, il garde son salaire de 180k€ et ira se plaindre qu’il faut augmenter sa rémunération fixe car il n’a pas eu de bonus cette année. Tant qu’on coupera les employés du Front Office de la réalité, les citoyens verront le milieu bancaire comme des voleurs.
    A bon entendeur

  3. Même si je pense que tu mélanges un peu tout Samyone, il est vrai que ce genre de post n’est pas très bien venu par les temps qui courent…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici