☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : Certes, la génération Y peut sembler ennuyeuse, mais ne la laissez pas tomber

La Génération Y , également appelée Génération Internet , est composée d’individus nés entre le début des années 1980 et fin des années 1990. Ces derniers viennent à présent grossir les effectifs du monde de la finance et se retrouvent avec des banquiers plus expérimentés avec qui ils ne partagent pas la même approche de l’éthique au travail ni des objectifs de carrière.

Tout changement peut être difficile, mais ce n’est pas nouveau (pensez à l’arrivée des yuppies dans les années 80). Ce qu’il faut, c’est comprendre et s’adapter.

Un interrogatoire permanent

Les individus de la Génération Y ont l’habitude de poser beaucoup de questions. Ils pensent par eux-mêmes. Ils remettent en cause les protocoles existants et cherchent continuellement à améliorer les choses en les rendant plus efficaces, plus rapides. Leur intention n’est pas de se montrer irrespectueux, simplement de rechercher à faire mieux.

Ce qui interfère avec la méritocratie bancaire, structurée autour d’une hiérarchie bien définie. Il est communément admis que toute évolution doit être méritée – si vous êtes assez bon et que vous avez fait votre temps, vous pouvez passer au niveau supérieur. La Génération Y a besoin d’apprendre à se maîtriser, sans remettre en cause toute décision ou processus. Les banquiers déjà en place doivent apprendre à ne pas accorder trop d’importance à l’avalanche de questions.

En manque de compliments

Cette génération d’adolescents attardés est souvent accusée d’être en manque d’affection et d’exiger constamment des retours positifs. Ayant grandie avec une éducation axée sur la mise en valeur plutôt qu’une critique constructive de leurs faiblesses, elle a besoin d’être réassurée par un feedback permanent. Ce retour n’a pas besoin d’être formel : un rapide “chat” de cinq minutes, un verre après le travail, ou tout simplement prendre le temps d’écouter leurs désirs suffit.

Le processus de feedback peut également être utilisé pour canaliser leurs désirs. La Génération Y est perçue comme ayant des aspirations irréalistes, voulant délaisser les tâches les plus terre-à-terre pour aller directement vers l’analyse. Il n’y a rien de mal à cela, le défi consiste simplement y faire face, en expliquant le pourquoi du comment des tâches qu’on leur demande d’effectuer. S’ils comprennent la valeur de leur travail, ils seront plus motivés et davantage engagés.

L’argent n’est pas tout

Dans la Génération Y figurent de nouvelles recrues parmi les plus talentueuses que nous avons connu depuis très longtemps. L’augmentation de la pression dès le plus jeune âge, couplé avec le climat financier actuel, les ont incités à développer des intérêts multiples et des activités parascolaires. Beaucoup ont effectué de nombreux stages et décroché les meilleurs diplômes.

Ces qualités et l’image qu’ils ont d’eux-mêmes les rend particulièrement mobiles. S’ils ne sont pas motivés, ils n’hésiteront pas à aller voir ailleurs.

Leur consentir une augmentation pourra les retenir, mais l’argent n’est pas l’élément primordial pour cette génération, davantage intéressée par l’équilibre travail – vie privée et par l’impression de se sentir utile, investie et motivée. Offrez-leur plutôt des formations. Et pensez, dans le même ordre d’idée, à leur offrir la possibilité de récupérer des jours, prendre des congés sabbatiques de courte durée ou travailler à domicile.

La Génération Y est là pour durer. Elle travaille depuis chez elle avec les nouvelles technologies et va changer la face du secteur bancaire tel que nous le connaissons. Il n’est pas bon de rejeter son enthousiasme – qu’il suffit de canaliser et d’orienter. N’est-ce d’ailleurs pas là le rôle des managers que de chercher à réduire le fossé entre les générations ?



Responsable du secteur Banque pour la société de formation 7cityLearning, basée à Londres.

commentaires (7)

Comments
  1. – “Offrez leur des formations” ;
    – Responsable du secteur Banque pour la société de formation 7cityLearning

    ok on comprend tout…

  2. intéressant mais on a tous qqchose de la generation Y qd on est jeune, avec l’âge ben on met un mouchoir sur ses ambitions de jeunesse. Les Y rentreront dans le rang comme leurs ainés (68, gené X, …)

  3. raz le bol de ce monde qui sous catégorise toutes les personnes
    moi je n’aime personne les vieux les jeunes les gros les maigres, je me fout de tout le monde

  4. Cet article a juste 3 ans de retard ! L’argent de ne fait pas tout a été le titre d’un bouquin publié il y a 10 ans avant que l’on parle de Génération Y.

    Pour la demande de reconnaissance et de compréhension, désolé, mais les plus de 30 ans aussi !

  5. On est la seule génération a cherché un boulot interessant, bien payé et qui demande être prise en considération? ah… Encore un article qui restera dans les annales

  6. Offrez-leur plutôt des formations. Et pensez, dans le même ordre d’idée, à leur offrir la possibilité de récupérer des jours, prendre des congés sabbatiques de courte durée ou travailler à domicile –> Offrez-leur un job pour commencer, serait plus juste, la génération Why a l’âge du chômage structurel (à cause duquel on lui a martelé qu’il fallait absolument qu’elle fasse des études longues pour y échapper) et a compris le sens du mot “crise” dès son plus jeune âge (crise de 95-2001-2007).

  7. La Génération Y , également appelée Génération Internet ne vole pas son nom. En effet, on leur offre des postes uniquement dans les secteurs informatiques des banques, et non dans la finance ce vers quoi certains s’étaient destinés à travers leurs études et les stages…on leur propose des postes sans enjeux, sans objectifs, sans intérêt…
    Faisant partie de la Génération Y , je peux témoigner qu’elle est démotivée et non intéressée par ce que l’on lui propose et la manière dont elle est considérée par les banquiers déjà en place.
    Je pense que la “Génération Y” a davantage d’appétence pour la création, l’innovation et l’optimisation que l’appât de l’argent.

    Enfin, l’article souligne que la “Génération Y” est plus axée des activités extra professionnelles, que les anciennes, mais une question m’interpelle, les projets qu’avaient les anciennes générations sont ils toujours à la portée de la génération Y ?

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici