☰ Menu eFinancialCareers

Comment éviter de perdre votre job en BFI

Worried this will happen to their jobs

Worried this will happen to their jobs

L’emploi reste la principale préoccupation pour près d’un Français sur deux selon un sondage CSA réalisé en octobre 2011. Dans le contexte actuel où les BFI françaises vont supprimer des postes, il va sans dire que bon nombre de banquiers ont de quoi être inquiets pour leur avenir professionnel.

A priori, les cadres des plans annoncés ne se retrouveront pas au chômage, puisqu’il s’agit de départs volontaires ou de reclassements. Mais cela dépendra quand même de l’ampleur des restructurations, et donc de la possibilité de chacun de retrouver un emploi plus ou moins vite , explique Pierre Beretti, président du cabinet de conseil en ressources humaines Altedia (Challenges.fr ).

Même si l’on est loin des charrettes immédiates de licenciements comme cela se pratique souvent dans les pays anglo-saxons, il nous a semblé intéressant de recueillir auprès de différents professionnels des conseils qui, certes, relèvent du bon sens mais auxquels on ne pense pas tous spontanément. Ils sont évidemment valables pour les autres secteurs que la BFI.

Communiquer sur vos performances

Si l’on est dans une relation commerciale, comme c’est le cas par exemple d’un chargé d’affaires M&A, mieux vaut dégager de bons résultats. Pour cela, il convient de gérer et assurer un bon suivi des clients importants, ainsi que de développer de nouveaux clients, explique Thierry Mageux, Business Development Director Europe & Middle-East chez Robert Half Financial Services. Plus la valeur du candidat sur le marché est élevée, plus il sera difficile de s’en séparer, car cela signifie une perte de clients et donc une baisse du chiffre d’affaires pour la banque qui le licencie .

Vous avez enregistré de bons résultats ou de nouveaux clients ? Encore faut-il le faire savoir. Faites-le intelligemment, sans prétention, avec une présentation factuelle de vos réalisations , poursuit Thierry Mageux. Le manque de visibilité vient souvent du fait qu’un collaborateur n’accorde pas assez d’importance au relationnel. Votre manager sait-il exactement sur quels projets vous travaillez ? Si l’information n’a pas été donnée, cela est loin d’être évident… Régulièrement, pensez à détailler par écrit les missions qui vous ont été confiées et les objectifs atteints. Ainsi vous pourrez les présenter avec précision au moment opportun, lorsque vous ferez le point avec vos responsables , ajoute Fabrice Coudray, directeur chez Robert Half International.

Avoir un comportement irréprochable

Certains pourraient être tentés de croire que pour améliorer ses performances il faille multiplier les heures supplémentaires, dans un secteur où les journées sont déjà bien chargées. Ce n’est pas nécessaire. Il est même important de maintenir un équilibre entre vie professionnelle et vie privée, répond Thierry Mageux. Par contre, veillez surtout à ne pas arriver en retard et plus généralement de ne pas vous faire remarquer négativement .

Sur les desks de la BFI, une période de licenciements cristallise les aigreurs, le ressentiment, la tentation de rejeter la faute sur les autres, de former un clan. Restez professionnel et concentré, au-dessus des différentes critiques qui ne manqueront pas de circuler. Distinguez-vous de ceux qui se plaignent et gardez un bon relationnel , insiste-t-il.

Enfin, mieux vaut résister à la tentation de déverser votre bile sur votre employeur dans les réseaux sociaux ou les blogs : cela pourrait donner un argument massue à des collègues malintentionnés qui tomberaient sur votre prose incendiaire. Certains en ont fait l’amère expérience dans le passé. Gardez toujours à l’esprit que critiquer son patron sur Facebook est un motif de licenciement.

Se rendre indispensable !

Travaillez en équipe, demandez plus de responsabilités, accepter un projet transversal : outre le fait que ce soit bien perçu, être impliqué dans plusieurs projets rendra plus difficile votre licenciement , relève Thierry Mageux.

Si vous ne l’avez pas déjà fait, il est peut-être également temps de vous syndiquer. Quand il y a une charrette de licenciements, être syndiqué et tout ce qui va avec (réseau, juridique, représentant du personnel…) peut parfois être un réel avantage et éviter de faire partie des départs. Certaines directions réfléchissent parfois à deux fois avant de virer un responsable syndical. Je le sais, je l’ai vécu autour de moi… , nous a confié l’un de nos lecteurs.

Avoir une longueur d’avance

Avec les nouvelles normes prudentielles comme Bâle 3, les banques font évoluer leurs business models. Est-ce que vous vous trouvez dans une “business unit” stratégique ou non ? Regardez les opportunités en interne : au sein d’une même banque, des business unit recrutent quand dans le même temps d’autres licencient , note Thierry Mageux.

Un licenciement collectif ne ferme pas nécessairement la porte à un reclassement en interne, même s’il est vrai que la plupart des entreprises se montrent plus volontaires sur le papier que sur le terrain, explique pour sa part Michael Moran, directeur de Fairplace, société spécialisée dans les reclassements. Soyez donc proactif ! L’organisation qui vous connaît le mieux est votre employeur. Il sait de quoi vous êtes capable. C’est donc probablement votre entreprise qui est la plus à même de vous offrir l’opportunité de développer les compétences que vous visez. Discutez en interne et exposez vos ambitions à votre employeur pour jauger des possibilités de mobilité en interne .

Et si vous décidez de partir…

Si malgré tout vous optez pour un départ volontaire (rupture à l’amiable, conventionnelle ou transaction), là aussi ayez une longueur d’avance. Faites en sorte de vous assurer tous les services et aides prévus dans le plan de reclassement (dispositif d’accompagnement à la recherche d’emploi, soutien à la création d’entreprise, aide à la formation ou à la conversion…).

S’agissant de la négociation de vos indemnités, surtout ne soyez pas en position de demandeur : votre employeur serait en quelque sorte maître de la partie dans ce cas-là. N’allez pas le voir en disant que vous êtes prêt à partir contre un chèque. Vous donneriez une image négative et vénale de vous-même , insiste Philippe Ravizy, avocat et fondateur de Ravizy & Associés, cabinet spécialisé dans le droit du travail des cadres (Journal du Net). Par contre, il est utile d’amasser les éléments, documents, preuves (notes, chronologie des faits, photocopies, échanges…) pour argumenter lors d’une négociation. En tout cas, ne pas y aller les mains vides.

Enfin, même si vous n’êtes pas candidat au départ, il est toujours intéressant d’avoir discrètement un pied en dehors de la banque, au cas où… Veillez à ce que votre CV soit prêt, que votre profil soit actualisé sur les réseaux sociaux professionnels, que vous êtes bien référencé par quelques cabinets de recrutement , indique Thierry Mageux. En attendant, si vous êtes en poste et que vous vous y sentez bien, mais avez malgré tout des picotements, des envies d’aller voir ailleurs, soyez prudent , conclut un chasseur de têtes spécialisé en finance. À méditer…

commentaires (4)

Comments
  1. les salaries de BFI ont regardé longtemps de haut leurs collègues réseaux maintenant ils vont pouvoir les observer de loin….. du pôle emploi…..

  2. La BFI qui m’emploie a licencié ce mois-ci. Par charettes. Et la moitié des licenciés ne sont pas reclassés en interne, mais bien envoyés au chomage (pour ceux qui y ont droit… pas toujours le cas à l’étranger). Exactement le contraire de ce que l’article indique…
    Les services communication des banques ont manifestement fait du bon boulot auprès des journalistes :)
    Par ailleurs, les comportement de type “soignez le relationnel” ou “demandez des projets”, il fallait s’y mettre avant. Ce n’est pas en deux semaines que ce genre d’attitude porte ses fruits. Toutefois, effectivement, les gens licenciés ont été ceux qui avaient une rentabilité moindre ou les moins appréciés parmi les équipes.

  3. Quels sont les montants de ces chèques, si l’employé décide de partir? 6 mois de salaire, 1 an ou plus ?

  4. Pour poursuivre sur le raisonnement de DUSSERT, je confirme que les plombiers, les dentistes et les électriciens doivent bien rigoler également.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici