☰ Menu eFinancialCareers

Candidats, ne trichez pas !

Des diplômes inventés, des responsabilités antérieures exagérées, des dates falsifiées… Les candidats ne manquent pas d’imagination quand il s’agit de décrocher le job de leurs rêves. Une grande banque de la place a, ainsi, récemment dû se séparer d’un employé qui donnait pourtant entière satisfaction, car il avait revendiqué des diplômes financiers alors qu’il ne disposait que d’un diplôme… hôtelier. La confiance était rompue , a tranché la responsable des RH.

Chez les Big Four aussi, les surprises sont parfois au rendez-vous. Soit les gens oublient de mentionner qu’ils se sont faits licencier, ou alors la responsabilité de tel ou tel projet n’était en fait pas la leur, explique la Human Resource Manager de l’un deux. Ils utilisent beaucoup les ”on” – on a fait, on a mis en place – mais il s’avère finalement qu’ils n’ont pas fait grand-chose. Cela se décèle rapidement en entretien et, dans ce cas, ils n’ont aucune chance de continuer le process .

10% de faux diplômes, 15% d’irrégularités

Pour aider les recruteurs – aussi bien les sociétés privées que les cabinets spécialisés – la société Doctor Chexs a été créée. Ses clients appartiennent majoritairement à l’industrie financière. Filiale indépendante du cabinet de recrutement Schneider Consulting, elle se consacre exclusivement à la vérification de parcours professionnels ou universitaires, des données personnelles de base (adresse, permis de travail, agréments…) ou des données comportementales, au travers plusieurs entretiens avec des anciens collègues, supérieurs hiérarchiques et responsables RH.

Tout se fait en parfaite transparence et en accord avec le candidat au recrutement. Ce qui n’empêche pas la mise à jour de ces exagérations ou fraudes. Environ 10% des candidats que nous avons contrôlés ont fourni un faux diplôme et on retrouve des irrégularités plus ou moins graves sur près de 15% des cas , indique Nicolas Hurlin, associé chez Schneider Consulting.

commentaires (4)

Comments
  1. Il est parfois difficile d’annoncer sa fin de contrat par un licenciement même de nature économique, parce que le marché ne semble exiger que des profils lissés …..pour la compétitivité des structures d’accueil…

  2. if one fails to beef up its own cv, assuming a perfect competitive environment, the chances of success are greatly reduced; most applicants use those dirty tricks; best compare it with carreer doping in world (mostly unethical) where hardly any controls exist

  3. Le problème est de savoir vendre un profil ordinaire face à des attentes extraordinaires

  4. Ne cherche-t-on pas trop souvent le mouton à 5 pattes qui correspond le mieux au descriptif du poste, ce qui oblige les candidats a rectifier certaines données ?
    N’oublie-t-on pas le potentiel d’un candidat au privilège de son expérience passée pour être sûr de ne pas se tromper…?
    La collecte de CV en masse et les entretiens “au rendement” y sont peut-être aussi pour quelque chose …

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici