☰ Menu eFinancialCareers

Les investissements alternatifs, moteur pour l’emploi au Luxembourg

Les espoirs de la place financière luxembourgeoise reposent aujourd’hui sur un nom rébarbatif et cinq lettres. En effet, à l’été 2013, l’ensemble des pays de l’UE devront avoir transposé l’Alternative Investment Fund Managers Directive (AIFMD) en droit national.

En tant qu’elle régule l’ensemble des fonds pour l’Investissement Alternatif (IA), l’AIFMD constitue une extension de la régulation UCITS pour les fonds classiques. Il s’agira de la première régulation commune pour les IA. Après cela, il n’y aura plus de troisième voie , fait remarquer Charles Muller, directeur adjoint de l’Association Luxembourgeoise des Fonds d’Investissement, qui tenait hier sa 20ème conférence annuelle.

L’Etat derrière l’industrie des fonds

ALFI espère rééditer le succès des UCITS dans le Grand Duché. L’adoption de cette directive européenne à la fin des années 80 a effectivement été à l’origine de l’ascension de la place de Luxembourg jusqu’à la tête de l’administration des fonds d’investissement en Europe. Selon un recensement de l’ALFI de 2008, 13 000 personnes travaillent aujourd’hui dans cette branche.

Et le secteur peut compter sur le soutien de l’Etat pour son développement. Nous promouvons le pays en même temps que l’industrie. Notre volonté est d’accroître le nombre d’acteurs, de faire venir de nouveaux gestionnaires financiers, de nouvelles banques… Nous avons un hub qui fournit toute une variété de services et le Luxembourg se développe grâce aux acteurs internationaux s’y rendant , a déclaré le ministre de l’Economie et du Commerce extérieur, Jeannot Krecké, à l’ouverture de la conférence de l’ALFI (PaperJam)

L’investissement alternatif donnera les impulsions décisives pour la croissance

Bien que la directive AIFMD ne soit pas encore en vigueur, son introduction se prépare déjà activement, d’après Charles Muller. Car, si tous les fonds alternatifs européens doivent s’y soumettre à partir de l’été 2013, il faut organiser la conversion de toutes les véhicules d’investissements concernées, soit plus de 1000 SIF pour le Luxembourg sans compter les SICAR et les autres structures d’investissement. Comme les IA ont augmenté pendant la crise, les perspectives sont excellentes. Dans les deux prochaines années, le directeur adjoint de l’ALFI s’attend à ce que les impulsions permettant la croissance viennent de ce secteur là.

En matière d’administration de fonds alternatifs, Luxembourg devra cependant se mesurer avec l’Irlande, qui est particulièrement forte en matière d’administration de fonds offshore, enregistrés par exemple aux îles Cayman mais gérés en Irlande. Du fait de la langue, les Irlandais marquent surtout des points aux Etats-Unis et à Londres. Charles Muller en rit : Les Américains, c’est vrai qu’il faut parfois encore leur expliquer où est le Luxembourg ! .

Une forte demande d’experts

D’après le directeur adjoint de l’ALFI, les fonds AIFMD sont très exigeants en matière de banque de dépôt, de gouvernance d’entreprise, de systèmes de rémunération ou de gestion des risques. Ce qui a pour effet de gonfler les coûts. Plus vous mettez d’airbags dans une voiture, plus elle sera chère , explique-t-il. De plus, tous ces mécanismes nécessitent le recours à des experts.

David Kitzinger du Cabinet Badenoch & Clark le confirme : Ce sont surtout les petits gestionnaires d’actifs, qui cherchent du personnel. Nous sommes confrontés à des demandes quotidiennement .

Des besoins surtout dans les petites structures

D’après ce consultant en recrutement, il est rare que ces structures emploient plus que cinq ou six personnes . Généralement, ces unités comportent un gérant, responsable en premier lieu de la coordination, et, selon les cas, d’un comptable, d’un fiscaliste, d’un responsable de la compliance ou d’un responsable administratif. L’essentiel du travail de comptabilité, de fiscalité ou administratif étant en général confié à des sous-traitants, ces petites équipes assurent surtout des fonctions d’organisation et de contrôle.

Pour David Kitzinger, cette tendance est appelée à durer, parce que de nombreux institutionnels en sont encore à découvrir les classes d’actifs alternatifs. En tout état de cause, nous n’en sommes là qu’au début , ajoute-t-il.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici