☰ Menu eFinancialCareers

Quand les banques augmentent les salaires pour retenir les talents

La banque suisse UBS a fait récemment savoir qu’elle augmentait les salaires de certains de ses cadres dans la banque d’investissement afin d’éviter qu’ils ne cherchent à se faire embaucher par la concurrence. Nous constatons que nous perdons systématiquement des gens dans des domaines importants et dont nous avons besoin. Et ça nuit à notre capacité concurrentielle , confirme Kaspar Villiger, le président d’UBS (lematin.ch).

Concrètement, UBS a décidé d’augmenter de 50 % les salaires de plusieurs centaines de ses cadres dans la BFI qui perçoivent un salaire annuel moyen de 270 000 francs suisses (178 110 €), et ce afin de compenser la perte de revenus liée à la baisse des bonus, en chute de 80 %. L’Association suisse des employés de banque (ASEB) a d’ores et déjà condamné fermement ces augmentations, estimant que c’est se moquer de la population qui subit les conséquences de la crise avec l’augmentation du chômage et les déficits des collectivités publiques (letemps.ch).

Les banques françaises concernées

Si les dirigeants français ont fait une croix sur leurs stock-options et une partie de leurs bonus, il en va tout autrement pour leurs rémunérations fixes. Jean-Luc Dehaene, président de Dexia, justifie ainsi la hausse du salaire fixe de Pierre Mariani, critiquée par certains syndicats de la banque franco-belge : C’est une réaction populiste de bon ton dans le monde actuel. Car si le salaire fixe de M. Mariani est en hausse de 8,45 % par rapport à celui de son prédécesseur, Axel Miller, sa rémunération globale est en baisse. En effet, M. Miller jouissait d’un certain nombre d’avantages financiers qui ont été supprimés (AFP).

Au Crédit Agricole, on parle de réduire les coûts sans toutefois rogner sur les salaires de certains professionnels. Ne rêvons pas : on ne peut pas jouer en ligue 1 avec des équipes de Nationale , a lancé son directeur général, Georges Pauget, lors de l’assemblée générale du groupe qui se tenait au Palais des Congrès à Paris (Challenges.fr). Le prix à payer pour continuer à jouer dans la cour des grands ?

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici