☰ Menu eFinancialCareers

Les compétences et expertises qui intéressent aujourd’hui les recruteurs en finance

Dans un marché de l’emploi en finance qui se raidit, il va sans dire que les recruteurs et les chasseurs de têtes sont plus que jamais à l’affût de profils bien spécifiques. Voici donc, à partir de leurs témoignages et d’exemples concrets, quelques compétences et expertises qu’il convient de développer sur son CV et en entretien pour avoir toutes les chances que votre candidature soit retenue en ces temps agités.

Maîtriser les aspects contrôle & risques

Très en vogue depuis la crise de 2008, les besoins en professionnels du risque et du contrôle sont loin d’être saturés. En banque d’investissement, les régulateurs nous amènent à optimiser les profils recherchés , explique Denis Marcadet, président du cabinet Vendôme Associés, lors d’une conférence organisée cette semaine par le CFA France et intitulée Faire carrière dans la finance en France.

Le profil idéal pour travailler dans une BFI ? Un quadra avec une connaissance de l’historique des risques de marché , précise Sophie Wigniolle, directrice générale d’Eric Salmon & Partners, qui elle aussi participait à cette conférence. Pour preuve, Natixis a nommé cet été Étienne Varloot, 43 ans et avec douze années d’expérience en finance de marché à Paris et à Londres, comme responsable de son département des Risques de marché.

À noter par ailleurs que le conseil en risk management se développe fortement et que les profils bancaires maîtrisant les aspects contrôle et/ou risques y sont les bienvenus.

Disposer d’un bon sens commercial

Dans les périodes de crise, les entreprises ont tendance à rogner sur certains budgets pour se recentrer sur le commercial. C’est aussi vrai dans la finance, où les métiers à forte contribution aux résultats sont privilégiés. Dans la BFI, c’est le cas des vendeurs qui sont à même de produire du P&L et maîtrisent parfaitement la clientèle.

En Private Banking, par contre, plus que de trouver des prospects, il s’agit surtout d’optimiser la relation avec la clientèle existante. C’est pourquoi l’on assiste à une valorisation de la fonction de relation clientèle avance Sophie Wigniolle. Ainsi, c’est pour répondre aux attentes de ses 25 000 clients que le Groupe Oddo a annoncé au moins de septembre plusieurs nominations de personnes dotées d’une forte expérience de la clientèle à des postes clés du groupe.

La clientèle Grand Comptes n’est pas la seule concernée. On cherche énormément de seniors en midcap advisory, aussi bien pour les banques d’affaires qui se développent sur ce segment que pour des banques privées , rappelait Eric Singer, associé fondateur de Singer & Hamilton, lors d’une table ronde organisée le mois dernier par L’Agefi.

Avoir une dimension internationale

Parce qu’il faut parfois aller chercher loin les opportunités de croissance et trouver des marchés périphériques, les profils financiers qui ont une bonne connaissance des marchés émergents sont activement recherchés. La Russie, le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie sont au centre des attentions des grandes banques privées , indique Sandra Murphy, responsable du private wealth management chez le chasseur de têtes New Millennium Group (Financial News).

Néanmoins, s’agissant des spécialistes des marchés émergents, nous ne pouvons pas parler de recrutements massifs. Il s’agit plutôt de demandes ponctuelles , relève Denis Marcadet. D’où l’intérêt, pour se démarquer, d’être novateur en privilégiant notamment des destinations auxquelles on ne pense pas spontanément (certains pays africains comme le Nigeria par exemple).

Idéalement, au moins deux étapes professionnelles devraient avoir lieu à l’étranger, afin de s’imprégner de différentes manières de penser, de travailler et d’acquérir les compétences linguistiques nécessaires , conseillait récemment dans une interview Alexandre Zeller, responsable du Private Banking pour la région EMEA du groupe HSBC.

Cultiver un profil généraliste

Finie l’époque des financiers hyperspécialisés dans les salles de marché. Les diplômés du fameux Master El Karoui vont encore avoir du mal cette année à trouver des débouchés dans l’analyse quantitative , note un recruteur.

Il en va de même en gestion d’actifs. L’asset management connaît une phase de sophistication où il faut des professionnels capables de répondre à des problématiques diverses , explique Denis Marcadet. Guère étonnant, dans ces conditions, que les candidats qui, en plus d’être diplômés d’une grande école, peuvent se prévaloir d’une double compétence ou d’une certification professionnelle type MBA ou CFA, fassent l’objet de toutes les attentions de la part des recruteurs en finance.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici