☰ Menu eFinancialCareers

Les 7 choses à répondre aux proches qui demandent pourquoi vous travaillez dans la finance…

Why work in banking

Pourquoi travaillez-vous dans la finance ? C’est le genre de question que l’on peut vous poser lors d’un entretien d’embauche, mais également lors d’un repas bien arrosé pendant les fêtes de fin d’année par un proche un peu trop aviné pour qui la finance est responsable de tous les maux du monde.

Alors que répondre ? Vous pouvez opter pour l’option de facilité (“L’argent”). Ou bien reprendre les arguments de cette étrange vidéo de recrutement de HSBC destinée aux jeunes diplômés (“Je suis capitaine et je suis ici pour diriger. Je m’assure que nous réussissions dans tout ce que nous faisons. Quand le travail s’accumule, je fais en sorte qu’il soit terminé. Je crée des solutions aux problèmes que tout le monde fuit (sic). Négociateur jusqu’à des heures tardives, accélérateur d’ambition, vous pouvez me considérer comme un tailleur : je connecte les gens aux opportunités … “).

Enfin, vous pouvez simplement les déconcerter avec des faits, en espérant qu’ils retournent cuver leur vin.

Si vous choisissez cette dernière option, le livre Money Changes Everything de William N. Goetzmann de l’Université de Yale, vous fournira tous les faits dont vous avez besoin. Publié en début d’année, il contient 584 pages sur le développement de la finance moderne, et explique pourquoi le monde dans lequel nous vivons serait très différent sans elle.

En supposant que vous ne voulez pas passer toutes vos vacances de fin d’année à lire ce pavé de 584 pages, voici une version grossièrement résumée. Cela devrait suffire à détourner les interrogatoires.

1. La finance fait partie intégrante du développement humain depuis 5.000 ans

C’est la thèse principale de Goetzmann, et il passe la plupart de ses 584 pages à essayer de la justifier. Par exemple, il dit que certaines des premières preuves de l’existence de systèmes financiers remontent à la troisième dynastie Ur environ 1200 av JC : une ancienne tablette d’argile contient un modèle financier ayant permis aux propriétaires de bétail de prévoir une croissance potentielle de la taille de leurs troupeaux, et les profits qui en résulteraient.

La finance n’est pas nouvelle et sans elle, Goetzmann affirme que les explorateurs n’auraient jamais parcouru le monde et que les sociétés complexes n’auraient jamais vu le jour. Les kraks financiers ne sont pas nouveaux non plus – il y avait une crise financière en l’an 33 quand les prix des biens romains ont chuté et que le Trésor romain a dû intervenir.

Sans la finance, Goetzmann affirme qu’il n’y aurait jamais eu d’exploration du monde, ni de développement de sociétés complexes et de commerce longue distance.

2. La finance est une formidable machine à voyager dans le temps

Plus dingue encore, Goetzmann soutient que la finance a changé le rapport des êtres humains au temps. « Elle déplace la valeur économique vers l’avant et vers l’arrière de l’espace temporel», explique-t-il. « Pensez à une hypothèque. Elle convertit la promesse d’un acquéreur de bien immobilier en trente ans de paiements mensuels futurs en une somme forfaitaire d’argent dans le présent. Une hypothèque est si banale qu’il est difficile de l’apprécier pleinement. L’acquéreur peut soudainement évoquer une fortune qu’il ou elle n’a pas ».

« En gros, la technologie financière est une machine temporelle que nous avons construite nous-mêmes. Elle ne peut pas déplacer les gens à travers le temps, mais leur argent. En conséquence, elle modifie la position économique de notre avenir actuel et futur ».

L’intérêt est l’un des éléments les plus importants de la finance, affirme M. Goetzmann : il encourage les prêts et facilite la dette. Sans dette, un agriculteur qui découvre que sa production est fichue un mois avant la récolte pourrait mourir de faim. Grâce à la dette, il peut contracter un prêt et subvenir à ses besoins alimentaires : « La finance se substitue au grain avarié : elle a pour effet de déplacer la récolte future vers le présent ».

3. La finance a ouvert nos esprits

Parce qu’elle a permis à l’humanité de se déplacer entre le présent et l’avenir, Goetzmann explique que la finance a reprogrammé les cerveaux humains : « la finance a étendu la capacité des humains à imaginer et à calculer l’avenir. Elle a également exigé une compréhension et une quantification plus approfondies du passé, parce que l’histoire est la base fondamentale pour faire des prédictions futures. La finance nous a de plus en plus rendus maîtres du temps. L’architecture financière existe et définit les possibilités de la dimension temporelle ».

4. La finance réalloue les risques et les capitaux

La finance permet aux particuliers et aux entreprises de gérer les risques. En fin de compte, c’est comme la probabilité : « En mathématique, les probabilités peuvent être considérées comme une approche organisée de l’inconnu. La finance, elle, traite de l’avenir inconnu ».

Parce que la finance permet de s’assurer contre les événements risqués, elle rend également « un autre type d’avenir possible » en faisant correspondre le capital avec les entrepreneurs pour générer une plus grande valeur future.

5. La finance nous évite de vivre dans un monde où seuls les rentiers pourraient entreprendre

Sans la finance, seules les personnes riches pourraient monter des entreprises. « La finance supprime la condition préalable de la richesse pour entreprendre. Elle alimente le capital à des projets potentiellement productifs, que l’entrepreneur soit riche ou non. En ce sens, la finance dissémine largement les avantages économiques de la richesse », explique Goetzmann.

6. Sans la finance, il n’y aurait pas de villes

Une économie de troc basée sur les faveurs mutuelles est très bien dans les petites communautés où les gens prêtent des outils et du temps dans l’attente de la ‘réciprocité dans l’avenir’. Elle ne fonctionne pas dans les grandes villes et les collectivités. Elle ne fonctionne pas non plus dans un environnement où chacun a une profession et des compétences différentes : ici. Le troc doit être formalisé sous forme d’argent et de finance, explique Goetzmann. Sans la finance, il dit que nous vivrions tous dans des hameaux ruraux.

7. Sans la finance, vous n’auriez pas de retraite

Enfin, et surtout, sans finance, il ne serait pas possible d’effectuer les calculs intertemporels nécessaires concernant les provisions pour les retraites. En facilitant la couverture universelle d’un avenir incertain, M. Goetzmann affirme que la finance a permis aux populations humaines de croître de façon exponentielle. – Le danger ici étant que l’humanité pourrait devenir la victime de son propre succès.


Photo credit: Day 359 by Jamie Henderson is licensed under CC BY 2.0.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici