☰ Menu eFinancialCareers

La rétention des employés en finance négligée ?

Les employeurs du secteur financier sont préoccupés par le recrutement, à tel point qu’ils en oublient de miser sur leurs troupes, révèle l’étude annuelle KPMG.

L’enquête annuelle réalisée par KPMG Luxembourg sur les salaires dans le secteur financier est riche d’enseignements. Les institutions connaissent actuellement une telle pression que les efforts engagés pour recruter priment largement par rapport à ceux consentis pour conserver les employés. Il y a moins d’innovation , résume Nathalie Close, senior manager chez KPMG.

Sorti du triptyque salaire de base/bonus/avantages en nature traditionnels, les initiatives semblent, d’après elle, très limitées. On est loin de la grande mode des fameux plans cafétérias , permettant un panachage des avantages en nature sur une base forfaitaire, si vantés au début des années 2000.

Très peu d’employeurs, par exemple, proposent des alternatives au paiement du bonus en cash, constate Nathalie Close. C’est le cas pour seulement 30% des managers et 15% des employés, alors qu’il est tout à fait possible de défiscaliser un tel bonus et le rendre ainsi encore plus attractif .

Pas de bonus de rétention en vue

L’étude, dont les principaux résultats sont publiés dans le magazine économique et financier paperJam, montre également que seulement 20% du management et seulement 11% des employés du secteur financier perçoivent un bonus de rétention (indépendants des bonus de performance). Et les services RH sont 80% à indiquer qu’il n’est pas dans leur intention de mettre en place une telle pratique à court terme.

Cela peut s’expliquer, pour certains, par l’absence d’efficacité ou bien par lourdeur de leur mise en place, précise Nathalie Close, qui ne peut que constater le climat d’urgence dans lesquels sont souvent amenés à travailler les départements RH. Focaliser sur le recrutement sans se soucier de la rétention, c’est un peu comme verser de l’eau dans une baignoire sans mettre le bouchon… .

*Cette 18éme édition a été réalisée de mars à juillet auprès de 55 institutions financières (banques, fonds d’investissement et compagnies d’assurance). Ces dernières ont fourni des informations sur 12.533 postes, soit près d’un tiers de l’emploi direct de ces trois secteurs.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici