☰ Menu eFinancialCareers

Comment s’adapter à la mutation des carrières en finance

Dans le contexte actuel, mieux veut savoir faire preuve de flexibilité...

Dans le contexte actuel, mieux veut savoir faire preuve de flexibilité...

CFA Society France a organisé mercredi dans les locaux de l’ESCP Europe à Paris une conférence sur le thème : « Comment s’adapter à la profonde mutation des carrières dans la Finance ? » Dans un monde économique en mutation et incertain, l’évolution des carrières est en effet de plus en plus hétéroclite. De nouvelles pratiques se mettent en place. Dans ce contexte, comment revoir vos stratégies professionnelles ? Comment saisir les nouvelles opportunités ? Quelles sont les mutations auxquelles les financiers doivent faire face ?

C’est pour répondre à l’ensemble de ces questions que CFA Society France a invité des professionnels de la finance et des recruteurs, afin de connaître leur ressenti sur les conséquences de ce changement de paradigme sur le marché du recrutement et dresser un panorama des perspectives d’emploi en France et à l’étranger, tant pour les profils seniors que juniors. Voici ce qu’il fallait retenir de leurs interventions…

L’art de s’adapter aux changements

Accès à l’emploi, déroulement de carrière, reconversion : toutes les étapes de la vie professionnelle des financiers ont été impactées ces dernières années. « Le processus d’accès aux emplois en finance a beaucoup changé », constate Philippe-Hugues Thomas, directeur du MS Finance à l’ESCP Europe, soulignant pêle-mêle l’impact des réseaux sociaux, l’allongement du processus de recrutement (un candidat pouvant passer jusqu’à 17 entretiens pour un poste !) ou bien encore le niveau technique exigé, avec des candidats qui pendant les entretiens d’embauche se voient parfois bombardés d’une trentaine de questions techniques toutes plus ciblées les unes que les autres.

Une fois recruté, le candidat n’est pas au bout de ses peines, loin s’en faut. « Le déroulement de carrière est plus fragmenté, avec des changements de métier, de localisation », note Philippe-Hugues Thomas. « Le contenu des métiers a lui aussi changé, principalement du fait de l’innovation technologique et des nouvelles régulations ».

Enfin, les candidats désireux de changer de job doivent eux aussi être sur le qui-vive. « S’attendre au pire afin de ne pas être déçu, faire preuve d’une vigilance constante, penser à se vendre, anticiper le coup d’après, avoir un CV qui colle aux demandes des recruteurs, prouver ses compétences » sont autant de conseils de bon sens promulgués par Philippe-Hugues Thomas.

Compétences, agilité, transversalité… les maîtres mots

Dans ce contexte, tout ce qui peut vous démarquer sera donc le bienvenu. « D’autant plus que la formation académique – même excellente – ne suffit plus. Il y a de la part des recruteurs des exigences en matière de contenu et de label très fort », s’accordent à dire les différents intervenants. D’où l’intérêt de multiplier les certifications type CFA, MBA ou CAIA, ou bien des accréditations ‘risques’.

« Nous constatons que nos anciens élèves qui ont le CFA connaissent des progressions de carrière plus rapides », relève le directeur du MS Finance à l’ESCP Europe. D’après lui le CFA sera de plus en plus demandé. A terme, ceux qui produisent une note d’equity research ne pourront la signer que s’ils ont le CFA, pour des raisons de conformité. C’est déjà le cas dans certaines banques de la City.

Jouer la case internationale

A défaut de trouver un emploi dans la banque d’investissement en France, il ne faut pas hésiter à traverser les frontières, surtout que les Français restent très appréciés à l’étranger pour leurs compétences techniques, notamment en modélisation financière et produits dérivés. « N’hésitez pas à démarrer votre carrière à Londres. Dans les M&A, par exemple, c’est là que se trouvent les grandes équipes européennes », indique Odile Couvert, fondatrice du cabinet de chasse Amadeo Executive Search.

Et de relever que les recrutements des banques d’investissement françaises (BNP Paribas, SocGen, Natixis) qui ont lieu dans l’Hexagone se font le plus souvent pour des postes… basés à Londres. L’idéal : faire ses 10-15 ans à Londres, avant de revenir éventuellement en France autour de la quarantaine. « Dès qu’il y a un job potentiel hors de France, il faut le saisir », conseille ainsi Odile Couvert à l’adresse des jeunes diplômés. Et cela vaut aussi pour l’Asie, avec des destinations comme  Singapour et  Hong Kong.

Travailler dans des secteurs connexes

En attendant qu’une opportunité d’emploi pour travailler dans la BFI se présente (si tant est qu’elle se présente), rien ne vous empêche de postuler pour d’autres secteurs. « Les postes en finance en France sont en asset management et chez les banques privées », rappelle Odile Couvert. « Titrisation, affacturage, leasing,… : regardez aussi de près tout ce qui tourne autour de la désintermédiation financière », conseille-t-elle aux étudiants. Les fintechs recrutent en effet régulièrement des profils financiers (credit managers, ingénieurs financiers,…).

La chasseuses de têtes observe aussi un volume important de recrutements dans l’assurance, la réassurance et ses services connexes (asset servicing, custodian). Ou bien encore dans la gestion d’actifs immobiliers. Ce n’est pas Frank Lutz (CFA), responsable communication Financière & Marchés de Capitaux au sein d’Affine, une foncière spécialisée dans l’immobilier d’entreprise, qui la contredira. « Des passerelles existent bien entre les différents métiers », confirme ce dernier.

Car une expérience en banque d’affaires, c’est la quasi-certitude pour les recruteurs d’avoir à leur disposition des candidats sachant pitcher, faire des power points, analyser un bilan, … bref, autant de compétences susceptibles d’intéresser de près les cabinets conseils et d’audit, autre source d’opportunité professionnelle pour les financiers désireux de ne pas se retrouver sur le carreau.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici