☰ Menu eFinancialCareers

Les seniors ont-ils la cote ?

Toutes les semaines, fleurissent dans les pages des médias nationaux des annonces d’emplois stipulant expressément personne âgée de 35 ans au plus, personne entre 30 et 40 ans, etc. Et les discriminations à l’embauche des plus de 45 ans ne sont pas étrangères au secteur financier et bancaire, même s’il est difficile de se faire une idée précise de l’ampleur du phénomène au Grand-Duché.

Pourtant, les seniors ont bien des arguments à faire valoir. Grâce à leur plus longue expérience, ils savent souvent mieux anticiper les situations, tout en gardant le recul nécessaire pour pouvoir aller à l’essentiel. Ils maîtrisent aussi mieux la planification des tâches, explique Carole Biver, coordinatrice de projet au Centre de formation sociale Jean-Baptiste Rock. Selon elle, il n’est pas rare d’adjoindre des seniors à des équipes constituées de jeunes pour satisfaire certains clients, qui démontrent une plus grande confiance à l’égard des professionnels expérimentés.

Pourtant, les arguments anti-senior ont la dent dure. Un recruteur qui a souhaité garder l’anonymat rapporte : De nombreuses entreprises dans le secteur financier, et surtout les entreprises d’audit et de conseil, ont des moyennes d’âges très basses (souvent autour de 30 ans). Elles considèrent qu’une personne âgée de 40 ans ou plus a davantage de difficultés à s’intégrer dans leurs équipes. Surtout cela ne va pas dans le sens de l’image jeune et dynamique qu’elles souhaitent communiquer.

Autre facteur : le coût des profils seniors à l’embauche et l’investissement en matière de formation continue, qui ne serait pas aussi rentable qu’avec les jeunes recrues. Cet argument est souvent avancé par les employeurs, en off bien sûr !

commentaires (2)

Comments
  1. J’ai également entendu que certains employeurs du secteur affirment préférer recruter des jeunes sortis de l’enseignement supérieur, et des fois même avant leur obtention du diplôme final. Ce qui leur permettrait d’avoir toujours à leur disposition le savoir et les compétences les plus récentes.
    Cela leur permettrait aussi de former les jeunes aux besoins exacts de l’entreprise, ce qui ne serait plus possible avec des personnes plus âgées.

  2. J’ai un ami de 46 ans, hautement qualifié qui s’était présenté à plusieurs reprises auprès de fonds qui embauchaient activement à cette période. Il n’a jamais reçu de réponse à ses candidatures. Pourtant, rien dans son CV ne laissait supposer qu’il n’aurait pas au moins droit à un entretien d’embauche.
    D’autant qu’on oublie souvent que ce sont ces personnes expérimentées qui transmettent le savoir aux jeunes générations ! On a besoin d’un changement des mentalités. Et vite !

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici