☰ Menu eFinancialCareers

Les candidats d’Europe de l’Est font une percée au Luxembourg

Près de 75% des emplois créés chaque année sont dévolus aux travailleurs frontaliers français, belges et allemands. Mais les recruteurs regardent désormais plus à l’Est…

La population d’expatriés français, belges et allemands représente aujourd’hui plus de 40% de l’emploi salarié au Luxembourg. Mais le gisement n’est pas infini, surtout quand il est question de profils spécialisés, maîtrisant les langues étrangères. L’exemple des jeunes fiscalistes – trop peu nombreux dans la région et très courtisés à la fois par les Big Four et le secteur bancaire – est édifiant. Du coup, le cap est mis à l’Est.

Campagnes de recrutement en Roumaine, Pologne et République Tchèque

Alors que nous recrutons traditionnellement sur la Grande région, nous avons eu en quelques mois quatre embauches de ressortissants venant de Pologne, Bielorussie et même du Kazakhstan, bien que ce dernier disposait depuis peu d’un passeport allemand , indique Viviane Harnois, responsable RH chez ABN Amro Luxembourg, où se côtoient 21 nationalités parmi les 320 employés.

Chez RBC Dexia Investor Services Bank, active depuis 2006, et qui compte plus de 1.200 collaborateurs, les derniers mois ont vu des recrutements de personnels venus de 18 pays différents, dont beaucoup à l’Est. Nous avons entamé des campagnes de recrutement entre autres en Roumaine, Pologne et République Tchèque, où l’on trouve du personnel mobile et qui maîtrise bien les langues , explique Dimitri Davreux, Head Human Resources auprès de RBC Dexia IS.

L’attrait du pays est encore plus fort une fois que l’on y est

L’attrait du Luxembourg est-il financier ou professionnel ? Un peu des deux, reconnaît Viviane Harnois. Les gens savent que le marché est très actif et que l’on y trouve des emplois bien rémunérés pour peu que l’on dispose des bonnes compétences. En contrepartie, il est parfois difficile de trouver un logement et le coût de la vie est ici assez élevé. Mais cela reste tout de même plus intéressant comparé à leur pays d’origine .

Et contrairement aux idées reçues, le Luxembourg ne constitue pas forcément une simple transition dans un plan de carrière. Souvent on arrive au Luxembourg pour progresser dans sa spécialité mais avec l’intention d’en partir vite… Et finalement, on y reste, constate Viviane Harnois. Aujourd’hui, bon nombre d’étrangers connaissent mieux le Luxembourg que les Luxembourgeois eux-mêmes ! L’attrait du pays est encore plus fort une fois que l’on y est .

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici