☰ Menu eFinancialCareers

Avez-vous vraiment la force mentale pour travailler dans la banque ?

force mentale

Ne craquez pas… Le métier de banquier est l’un des plus stressants au monde

En termes de résilience psychologique, il paraît banal, voire déplacé de comparer les défis d’une carrière en finance à ceux d’un responsable des pompiers ou des forces de l’ordre, mais d’après les experts, il existe des parallèles. Doug Strycharczyk, managing director d’AQR, fournisseur de tests psychométriques, explique que « certaines carrières sont intrinsèquement liées à la pression et au stress », par exemple « les postes dans les services d’urgence, ou ceux en banque et en finance. »

AQR propose un ‘test de force mentale’, utilisé selon Doug Strycharczyk, pour sélectionner les intervenants d’urgence sur les autoroutes, ceux-là même dépêchés les premiers sur les lieux des accidents de la route. Il est également très répandu en finance, « en particulier dans le cadre du développement personnel », puisqu’il « aide à déterminer les raisons pour lesquelles les personnes répondent à la pression d’une manière ou d’une autre ».

La force mentale ou ‘résilience’ est en vogue dans les services financiers depuis l’introduction par Goldman Sachs d’une ‘semaine de la résilience’ en 2010. Dans une présentation liée à la résilience, en date de 2012, la banque décrivait l’escalade des problèmes comportementaux, et indiquait un doublement, au cours des deux années précédentes, des absences liées à la santé mentale. Contactée pour commenter cette publication, Goldman n’a pas souhaité donner suite, mais a pourtant déclaré il y a trois ans que les employés voyaient « leur résilience confrontée à de multiples défis » – dont « le barrage d’une couverture médiatique négative », la difficulté à préserver l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, et la pression subie pour maintenir leur productivité « dans un environnement de gestion des dépenses ».

La définition de la force mentale ou de la résilience dépend largement de la personne consultée. Doug Strycharczyk la définit comme « la capacité de chacun à gérer le stress, la pression et les défis, indépendamment des circonstances ». Diane L. Coutu, rédactrice en chef du magazine Harvard Business Review, indique pour sa part avoir identifié trois points-clés : la pleine acceptation de la réalité, la conviction profonde du sens de la vie, et une étrange capacité d’improvisation. Plus récemment, l’universitaire américaine Angela Duckworth a inventé le concept de ‘grit’, défini comme « la persévérance et la passion pour les objectifs à long terme ».

Elle écrit ainsi : « le ‘grit’ implique un travail soutenu dans un contexte de défis, afin de maintenir l’effort et l’intérêt au fil des années en dépit de l’échec, de l’adversité et de la stagnation. » Ses recherches font apparaître une forte corrélation entre le ‘grit’ et la maîtrise de soi d’une part, et les résultats scolaires et la réussite professionnelle d’autre part. Les entretiens qu’elle a menés avec des banquiers d’investissement indiquent que beaucoup voient dans le ‘grit’ – ou dans un « engagement soutenu » un élément essentiel à leur progression dans un secteur particulièrement stressant et extrêmement prisé.

Vous pouvez accéder gratuitement au test d’Angela Duckworth en cliquant ici. Le test de Strycharczyk est payant mais demande aux participants d’exprimer leur accord ou leur désaccord avec des propositions du type « j’aimerais que ma vie soit plus prévisible », « je suis généralement fiable dans mon travail » ou encore « je garde habituellement mon calme, même dans un contexte de pression extrême ».

Si vous êtes en désaccord total avec la première affirmation mais que vous êtes tout à fait d’accord avec les deux suivantes, vous penserez probablement être suffisamment costaud mentalement pour embrasser une carrière en banque – bien qu’il vous faille encore répondre aux 45 autres questions du test pour en être certain.

Ne niez pas vos émotions

Denise Shull, qui coache à New York les traders en banque d’investissement et fonds spéculatifs, indique qu’on a trop longtemps « insisté sur la nécessité d’être fort mentalement et négligé l’importance des émotions ». Le concept de force mentale peut devenir un obstacle en trading : « plutôt que de nier les émotions, il est préférable de les accepter comme un élément essentiel du processus de décision, de les admettre et de bien faire la différence entre les sentiments intuitifs auxquels vous voulez réagir et les sentiments impulsifs, auxquels vous ne voulez surtout pas réagir. »

Elle cite en exemple les biais de confirmation – à savoir la tendance à rechercher des éléments renforçant une hypothèse. Pour elle, il ne s’agit pas d’une erreur rationnelle, mais d’une erreur émotionnelle : « on touche ici à la volonté d’avoir raison et à la peur d’avoir tort. Il est important d’admettre ce sentiment, et le fait que vous avez peur de vous tromper. »

Dans le monde de Denise Shull, les traders les plus solides mentalement sont donc ceux qui savent identifier leurs sentiments, mais aussi en faire abstraction le cas échéant.

Denise Shull travaille actuellement au développement d’un nouveau test, destiné à mesurer non pas la capacité à marginaliser les émotions dès lors qu’il s’agit d’atteindre des objectifs, mais ‘l’empathie cognitive’ – c’est-à-dire la capacité à reconnaître ce que l’on ressent, et à reconnaître et prévoir les sentiments des autres. « C’est la direction que prend la recherche sur la force mentale dans le trading, » dit-elle.

Dans le même temps, les banques agissent de manière pragmatique. Goldman Sachs a embauché un psychologue pour son centre médical de Londres, et ses collaborateurs seniors apparaissent dans des vidéos où ils échangent autour de ‘leurs techniques personnelles de résilience’. L’accent porte sur la manière de ‘déstigmatiser’ les problèmes mentaux et de proposer une assistance plus accessible. A l’issue de quinze mois de présence du psychologue, le taux d’adhésion aux programmes d’aide a grimpé de 75%.


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici