☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : “Je suis un camé des mathématiques browniennes”

J’ai trente-sept ans, 40 millions d’euros placés aux îles Caïmans. Je suis un camé des mathématiques browniennes. Un type payé pour titiller les fractales et planquer le risque.

J’ai misé sur la déroute asiatique, surfé sur la bulle Internet, regardé ces abrutis de Merrill Lynch devenir fonctionnaires en 2008. Je suis le patron du département quantitave trading chez Crédit Général. J’écris des programmes de calcul systémique, des modèles à cinquante variables. Trente types alignent des kilomètres de code pour moi, à la recherche d’Alpha, l’équation parfaite.

J’appuie sur un bouton, lance un logiciel sur les marchés financiers. Une sorte de lampe d’Aladin qui crache du ratio à deux chiffres sans que je passe un coup de fil. Les algorithmes calculent en temps réel la position optimale, l’ordinateur passe les ordres à la nanoseconde près. De nos jours, 70 % des volumes de transactions journalières sont placés par des systèmes comme les miens. L’avenir du monde se négocie chaque jour entre automates hyper-intelligents, ces drones de la finance.

Dans la salle des marchés, sur le floor de la banque, pendant que les traders imberbes triment au téléphone, je bois du thé vert en lisant les Mémoires de Casanova. Je jette un ceil sur la courbe de performance qui se crée toute seule. Parfois je vais au cinéma, à l’UGC Ciné Cité de la Défense, en attendant la clôture de la Bourse.

Dès qu’un programme s’essouffle, j’en lance un autre, sorti tout droit des ordinateurs de mon équipe de physiciens spécialistes en mécanique des fluides. La banque habille cela de marketing bancaire, appelle le tout produits d’investissement . Le service communication publie des livres blancs, organise des conférences luxueuses sur les trésors de l’innovation financière. Personne ne comprend ce que je fabrique.

Les mathématiques et les codes nous ont donné le pouvoir. La complexité est l’arme absolue, le signe + , l’unique règle. La planète est un Monopoly, les entreprises des sigles à la pelle, les cadres, les fantassins du grand capital. Le monde bosse pour nous. Nous n’apparaissons jamais. Nous, les banquiers, vivons leveragés, hyper-endettés. Nous misons un, empruntons cent, gagnons mille. PIB, cash-flow, monnaies, nous parions sur tout mais ne savons pas lire un bilan.

Nous n’avons jamais mis le pied dans une entreprise, ce repaire de besogneux. Nous nous foutons de ce qu’elles produisent, du nombre de personnes qu’elles emploient. La finance a été inventée pour rendre possibles les grands projets, l’émancipation économique des peuples. En ce moment, nous parions contre l’humanité, valeur extrêmement volatile. La finance engendre des catastrophes. Elle prospère en les résorbant. Nos profits sont vos pertes.


Flore Vasseur, est auteur, consultante, chasseuse de tendances , et réalisateur. Comment j’ai liquidé le siècle, son dernier roman, dont est tiré cet extrait, a été publié en mars 2010 aux Editions des Equateurs.

commentaires (21)

Comments
  1. Quelqu’un reconnait un de ses collègues dans cet extrait ?

  2. La honte il est encore obligé de bosser et en plus à Paris…

  3. Aucun programme d’ automatique trading n’est autorisé.
    Les 80% des flux du trading sont du hedge mirroir ou des flux finaux d’Asset Managers (long only) ou de traders standards dans leur rôle de broker de leur réseau.
    Une banque fait du pognon avec le sales side et très accessoirement avec du PT ou de la superformance d’ALM. Quand elle le fait c’est sur du crédit en position brute et jamais dans des produits complexes qui d’ailleurs n’existent pas sur le crédit.

    Kerviel s’est mis au roman ou quoi ?

    Flore Vasseur …. combien d’années de trading ?

  4. Je suis pas alle plus loin que ca: “J’ai trente-sept ans, 40 millions d’euros placés aux îles Caïmans”, trop gros, passera pas…

  5. faut les cramer les traders et les sales
    bande de gros rapaces
    le metier premier d’une banque est de financer les entreprises, de faciliter son acces au marché, de financer les particuliers mais pas de supputer sur des baisses ou des hausses futures !!

  6. Malheureusement, il y a du vrai dans cet extrait. Certains n’y voient personnes parce que ces personnes sont en effet invisibles. Mais elles sont bien réelles.

    L’une d’entre elles a été apperçue lor d’un procès aux USA, il y a quelques mois. Tient c’était un français. Un petit géni des mathématiques formé dans nos écoles aux côtés d’ingénieurs de sup aéro ou sup télécom.

    L’erreur est d’appeler des banquiers ceux qui travaillent dans la finance et d’appeler des financiers des ingénieurs en flux et statistiques.

  7. Ceci est uniquement l’extrait d’un roman

  8. J’ai été prof de Maths…
    Et dire qu’une majorité des enfants du collège (et d’avant le collège) n’aiment pas les Maths…
    Et seuls ceux qui vont en section scientifique au lycée y trouvent un certain intérêt…
    Ils ne savent pas ce qu’ils ratent… !!!!
    LOL

  9. Hum…j’aime bien l’arrogance du discours.

  10. Soit on vient d’un sup éco, ecole d’ingenieur ou école des mines pour prétendre être trader actuellement. Malheureusement, ça se passe mal des fois…
    La théorie financière a t-elle vraiment une place dans les salles de marchés?

  11. Le pouvoir des mathématiques est sans limites, aprés il ne faut pas confondre fantasmes et réalités. L’extrait de ce roman ‘si roman est’ montre bien les fantasmes poussés à l’extreme dans une réalité qui semble fictive. Si je pense un instant qu’il s’agit d’une autobiographie, cela me fait froid dans le dos…
    ces personnes semblent évoluer dans un monde, “leur monde” coupées de toutes réalités. Je trouve dommage qu’on utilise sa passion pour les maths de cette façon.

  12. Je trouve dommage qu’on utilise sa passion pour les maths de cette façon

    pourquoi ?

  13. J ai lu ce roman et je dis bien roman.
    Ce n est pas une autobiographie donc mais plutot une satyre du monde actuel. Si les traits sont parfois un peu gros, ce bouquin a le merite de ne pas etre trop a cote de la plaque. Aussi, il evite les messages trop moralisateurs qui, ces 3 dernieres annees, m ont vraiment mis la nausee.
    Je crois avant tout que l interet de ce livre reside dans la qualite de l ecriture. Le style y est incisif, rythmé et particulierement haletant.
    Je le recommande donc pour ceux qui font passer le plaisir de la lecture romanesque avant les rapports de brokers…

  14. @wongaa : ce genre de profils ne correspond qu’aux traders français travaillant dans la place française.
    Ce n’est absolument pas le genre de profils qu’on voit à new york ou Londres.

  15. Encore un mythe qui a de beaux jours devant lui : “les modeles les plus complexes sont les plus performants”

    les meilleurs hedge fund ont bien compris que c’etait faux et que les modeles quantitatifs et statistiques de moyennes et haute frequence les plus efficaces sont forcement comprehensibles et adaptables rapidement. Trop de complexité c’est un snobisme français… ça sert juste à faire croire au monde entier qu’on a trouvé la pierre sacrée en se dissimulant derriere une complexité qui n’est autre qu’une complication sterile.

    luke (developpeur de modeles quantitatifs d’arbitrage haute frequence en CIB)

  16. Joli amas de clichés cet extrait , mais l’ensemble peut etre cohérent pour les néophytes cherchant à pointer du doigt (de facon populiste ) l’arrogance de la finance . Sinon, je vs rassure , il n’y a aucune “rente” mathématique ou stat en spiel pur , l’humain est irremplacable avec sa capacité d’adaptation.L’art est dans la simplicité . La haute fréquence n’a qu’une portée limitée, utile à certains égards, mais les meilleures perfs en spiel ne se font pas avec des modéles de “50 variables ” qui pretent à sourire …

  17. Dites toujours la vérité !
    De toute façon ils ne vous croiront pas !
    me donnait comme conseil mon Mentor à mes débuts ….

  18. En moins de 10 lignes, l’extrait perd tout semblant de crédiblité: “Meryll Linch devenir fonctionnaire”. Bank of America a bien racheté Meryll, mais ils ne sont pas fonctionnaires! Peut-être qu’elle a cru que BoA était l’équivalent de la Banque de France? Elle ne connaît pas la Fed alors?
    Manifestement, l’auteure ne connaît pas grand chose à la finance mais essaye de faire croire le contraire. Et le risque est que bon nombre de lecteur croient dur comme fer à ses bêtises.
    Mais pour moi, le pire est qu’un site qui se veut pour des professionnels relaie ce genre d’Intox. Est-ce qu’une revue médicale publierait un article de la même auteur sur la neurochirurgie?
    Enfin, le trading algorithmique est très peu répandu en France, seule BNP peut se vanter d’en faire correctement, et c’est très marginal. En tout cas, créer un programme pareil n’a rien d’anodin et nécessite plusieurs années de travail. rien à voir avec ce qui est décrit.
    Merci à efinancial de filtrer dorénavant les infos à paraître…

  19. Un chimpanzé a superformé les meilleurs fonds russes et la théorie du random to walk me dit que tout ça n’est que foutaise.

  20. @rdutrenois: c est un roman… A partir de la, tout est dit. Ca se lit bien, sur la plage, pour le fun.
    Le corps medical ne s’est pas insurge contre Urgences ou Dr House. Peut etre savent ils prendre leur domaine d’activite avec plus de fraicheur.
    Quant a efinancial, vu les themes abordes, j’ai plus l’impression d’etre en face d’un M6 de la finance que devant l’agefi.

    Du divertissement que diable! Les financiers peuvent rire d’eux meme, ce nest pas impossible…

  21. Je viens de lire le roman. N’ai aucune connaissance particulière dans le monde de la finance. Je n’aime pas les maths. J’ai pris et apprécié ce roman comme j’ai apprécié les romans d’espionnage traitant de la guerre froide avant la chute du mur. Ni plus ni moins. A l’époque, j’ai entendu parler de quelqu’un qui avait construire un abris dans son jardin au cas où les soviétiques débarquent. Alors les auteurs de roman d’espionnage était dans le vrai ou non ? Ceci dit, je n’ai pas d’admiration particulière pour ces financiers qui font de l’argent avec de l’argent alors qu’on me refuse 100 euros mensuels d’augmentation et que des gens continuent à travailler ds de sales conditions pour peanuts. Messieurs les spécialistes et experts, regardez autour de vous.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici