☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : La banque, un nouveau choix pour les actuaires

Traditionnellement attaché aux compagnies d’assurance, l’actuaire est de plus en plus courtisé par les banques, constate Sidonie Couture, branch manager, Robert Half Banque & Assurance.

L’actuaire était jusqu’à présent le spécialiste des chiffres et des statistiques de l’assurance. Cependant, depuis quelques années, on le retrouve de plus en plus souvent dans le secteur bancaire, où son rôle est toutefois quelque peu différent.

Actuaire, maître es Chiffres

Dans une compagnie, il évalue les risques et examine les conséquences financières des comptes clients potentiels, il opère sur le passif du bilan. On lui demande de travailler sur la tarification, les mesures d’engagement, le respect de la réglementation, ainsi que la rentabilité réalisée et prévisionnelle.

Dans le secteur bancaire, son action ne porte pas sur le passif mais sur l’actif. Il étudie les prix des produits de plus en plus complexes, il peut recommander des stratégies relatives aux produits dérivés, aux options de change ou de titres et peut enfin conseiller les entreprises dépourvues d’actuaire. Le métier d’actuaire est de plus en plus répandu dans les banques, qui n’hésitent pas à ravir les candidats aux compagnies.

Assiste-t-on à une guerre des talents ?

Les banques sont confrontées à une pénurie de compétences et se tournent naturellement vers d’autres secteurs pour trouver les professionnels experts dont elles ont besoin. Depuis 2 voire 3 ans, les actuaires font partie de ces profils clés. Compte tenu de leur formation (rentabilité, solvabilité, gestion de passif), ils possèdent le background idéal pour travailler sur la gestion d’actifs (ALM), la mesure de performance (quantitatif) ou encore sur l’analyse de risques, des domaines pour lesquels les banques subissent une forte pénurie de candidats.

Cette concurrence est rudement ressentie par les compagnies, qui elles aussi ont besoin de recruter et de retenir leurs effectifs pour faire face à leur développement. Or, la population des actuaires est très réduite en France : 2.000 professionnels tout au plus ! Et il existe seulement 4 ou 5 écoles en France pour les former. Autant dire que de nombreux actuaires sont aujourd’hui recrutés avant même d’être diplômés!

Opter pour le secteur bancaire, un choix de carrière ?

Oui, s’il correspond à vos aspirations professionnelles. De par la polyvalence qu’affichent certains actuaires, il leur est tout à fait possible de passer de l’assurance à la banque. Enfin, les rémunérations qu’offrent les banques sont relativement alléchantes. Cependant, il ne doit pas s’agir du principal élément de motivation car il est ensuite plus difficile de repasser d’un secteur à l’autre. Et les sauts de puce sont peu appréciés par les recruteurs. Par ailleurs, l’assurance affiche actuellement plusieurs projets techniquement très intéressants pour les actuaires comme la Loi Fillon sur les retraites, les nouvelles normes comptables internationales, les travaux sur la solvabilité des assureurs dans le cadre Solvency II, la réforme de la santé…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici