☰ Menu eFinancialCareers

10 questions à se poser avant de démissionner

demission emploi finance

Ne quittez pas votre job en finance sans analyser vos motivations

Vous en avez marre. Vous vous ennuyez. Vous devenez nerveux. De plus en plus, vous avez la sensation qu’il y a des emplois ailleurs, dans d’autres entreprises, où vous seriez plus épanoui, mieux apprécié, davantage payé et dans une configuration professionnelle pleine de promesses pour votre avenir.

S’agit-il d’un simple sentiment passager ? Ou faut-il au contraire céder à la tentation de remettre votre lettre de démission ? Voici une série de questions en forme de checklist pour vous aider à décider.

1 – Votre travail est-il adapté à votre mode de vie actuel ?

Votre travail n’est peut-être plus très excitant mais si cela convient à votre style de vie actuelle, alors vous seriez mal avisé de claquer la porte de votre employeur.

«  Si des contraintes fortes pèsent sur votre vie personnelle – comme un bébé qui vous empêche de dormir la nuit, un déménagement et l’installation dans un nouveau logement, le soutien d’un proche ou d’un parent – alors peut-être que rester dans votre poste actuel paraît censé ne serait-ce que pour rester à flot », explique Linda Jackson, directrice générale au sein du cabinet de conseil et management de carrière 10Eighty à Londres. Autrement dit, si vous êtes actuellement beaucoup sollicité en dehors du travail, ce n’est probablement pas le bon moment pour vous rajouter de la pression côté boulot.

2 – Si on vous proposait votre job aujourd’hui, l’accepteriez-vous ?

Pour réévaluer vos besoins et vos souhaits professionnels, cela vaut la peine de se demander si votre emploi est le genre de poste auquel vous aspirez vraiment maintenant.

« Quand vous avez été embauché, vous saviez alors que l’entreprise et le poste étaient en adéquation avec vos envies et vos valeurs professionnelles. Cependant, l’organisation et vos collaborateurs ont changé depuis votre arrivée et votre job ne vous satisfait plus vraiment. La culture de l’entreprise a quelque peu changé et vous n’êtes plus aussi heureux dans votre emploi. Si vous étiez aujourd’hui interviewé par votre entreprise, voudriez-vous venir y travailler ? », interroge Jayne Mattson, coach en gestion de carrière et directeur chez Associés Keystone à Boston.

3 – Votre patron vous traite-t-il toujours de la même façon ?

La question revient à se demander si vous faites toujours partie du cercle des proches de votre manager.

« Votre relation avec votre patron a changé. Pendant des années, vous avez eu avec lui d’excellentes relations personnelles comme professionnelles. Mais vous commencez à ressentir un changement de culture au sein de l’entreprise et un leadership différent de la part de votre boss. On vous donne plus de responsabilités, mais on vous demande d’en faire plus avec moins de ressources. La relation se détériore et vous avez le sentiment que vous perdez le soutien et la confiance au sein de votre organisation », explique le psychologue et auteur britannique Oliver James.

Plus concrètement, « votre patron vous regarde-t-il toujours dans les yeux ? Son comportement vis-à-vis de vous est-il le même que par le passé ? », interroge le pyschologue.

4 – Êtes-vous mis de côté ?

Pour Jayne Mattson, il est important de se rendre compte lorsque l’on n’est plus partie prenante dans les réunions clés. Les décisions sont-elles prises sans que vous soyez impliqué ? Êtes-vous en désaccord avec le sens de ces décisions ?

Pour cette coach, les signes ne trompent pas : « vous êtes en train de perdre votre influence auprès de votre management, qui ne vous tient plus au courant des sujets importants. Les collaborateurs que vous managez commencent à demander à d’autres des informations et des arbitrages, ce qui affaiblit davantage votre autorité ».

5 – Faites-vous l’objet de critiques ?

Méfiez-vous lorsque l’on commence à mettre en doute vos performances.

« Il faut savoir laisser traîner ses oreilles et entendre le cas échéant lorsque vos supérieurs – voire vos collègues – commencent à critiquer vos performances objectives et mesurables. Pire encore, lorsque l’on interroge vos performances sur le base de critères plus subjectifs comme ‘il ne travaille pas vraiment pour l’équipe’, indique Oliver James. Tout cela n’est souvent que du vent. Reste que ce type d’arguments peut être utilisé contre vous ».

6 – Vos perspectives d’évolution salariale sont-elles réalistes ?

Si vos velléités de départ sont liées à une augmentation de salaire, soyez prudent. Une étude récente a révélé que le pic de salaire pour la plupart des gens se situe à la quarantaine. Autre point : les plus hauts salaires constatés alors s’expliquent par des rémunérations très élevées entre 20 et 40 ans. Il n’est pas impossible de faire des bonds salariaux après 40 ans, mais c’est rare. Attention donc à ne pas nager à contre-courant…

« Si vous pensez détenir une preuve tangible que vos collègues au même niveau de compétence que vous sont mieux payés, et que votre valeur sur le marché est supérieure à votre rémunération, alors envisagez une discussion avec votre boss, suggère Linda Jackson. Mais prenez garde… une grande partie des informations sur ce sujet viennent du bouche à oreille, et une simple discussion salariale peut vite faire des vagues. »

Pour Oliver James, « vous demander si votre salaire est juste revient à vous interroger sur la longueur d’un bout de ficelle… Les financiers passent leur temps à comparer leur package salarial à celui des autres sans vraiment réfléchir au fondement de leurs suppositions. Arrêtez un moment de réflechir en termes d’équité, et pensez plutôt à ce que vous apportez à votre employeur ».

7 –  Etes-vous en accord avec la stratégie de la société ?

Suite logique du point 4, Jayne Mattson indique que votre position peut vite devenir intenable si, par malheur, vous ne souscrivez pas aux évolutions de la société qui vous emploie et que vous le faites savoir à vos collègues.

« Vous ressentez de la frustration ; votre direction ne tient aucun compte de votre opinion car la désapprobation qu’elle perçoit chez vous prend le pas sur le contenu que vous exprimez », explique la consultante.

8 – Tout n’est-il vraiment que politique ?

Vous êtes englué dans un poste où tout tourne autour de l’apparence plutôt que de la performance réelle, et cela constitue pour vous un véritable obstacle dans votre travail ?

Et Jayne Mattson d’analyser : « si à la fin de la semaine, vous avez passé plus de temps à gérer les aspects politiques qu’à avancer et réaliser vos tâches, c’est mauvais signe ! ».

9 – Etes-vous complètement lessivé ?

Le stress de votre job entame-t-il à ce point vos facultés de récupération ? Et la perspective de vous rendre au bureau est-elle aussi réjouissante que de manger de la langue de bœuf qu’on vous servait à la cantine du lycée ?

Pour Jayne Mattson, les signaux sont au rouge si « la pression de vos attributions professionnelles, les délais très courts ou les désaccords avec votre manager affectent la qualité de votre sommeil. Idem si vous lever le matin pour aller au bureau vous fait l’effet d’une douche froide sur le chemin du métro ». Elle ajoute : « Nous passons le plus clair de notre temps sur notre lieu de travail ; il est donc important de réagir quand vous sentez qu’il est temps de passer à autre chose. Commencez alors à envisager un autre job susceptible de vous faire vibrer et de vous donner envie d’aller travailler tous les jours ».

10. Etes-vous employable ailleurs ?

Quel que soit votre état de fatigue, votre degré de frustration d’avoir été mis sur la touche, d’insatisfaction, de déception et de pragmatisme, il est peu recommandé de succomber à l’urgence et de tout envoyer balader sans s’être au préalable assuré qu’il existe d’autres options.

« Faites un état des lieux du marché, suggère Linda Johnson. Il se peut que vous ne puissiez pas changer de job à court terme. Si tel est le cas, quelles compétences complémentaires vous faut-il acquérir ? Vous devrez peut-être tenir votre langue et rester en poste le temps d’obtenir les qualifications et les capacités nécessaires pour décrocher un nouveau job. Attendez votre heure ! »

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici