☰ Menu eFinancialCareers

Cette place financière européenne avec ses généreux salaires, et quasi-épargnée par les licenciements

La place financière de Francfort a de quoi séduire les banquiers

La place financière de Francfort a de quoi séduire les banquiers

Les centres financiers d’Europe continentale ne font pas souvent rêver les aspirants banquiers d’investissement. La semaine dernière, nous apprenions que 45% des diplômés du Master 203 Marchés Financiers de l’Université Paris-Dauphine débutaient leur carrière à Londres plutôt qu’à Paris. On retrouve évidemment beaucoup de jeunes banquiers français expatriés à New-York ou à Hong-Kong. À côté, Francfort est rarement envisagé avec sérieux, ayant la réputation d’une place provinciale, peu pourvue en emplois en banque d’investissement et avec de piètres salaires. Pour ce qui est, au moins, de la partie rémunération, cette vision de Francfort semble franchement erronée.

Le cas récent des traders sur les marchés de taux réintégrés par Deutsche Bank à Francfort, quelques mois après avoir été licenciés, nous signale bien la présence de traders généreusement rémunérés. Ardalan Gharagozlou, responsable du trading sur les changes à Deutsche Bank à Francfort, a perçu un bonus de 2,7 M € en 2011, et touche actuellement un salaire de l’ordre de 265k €. Jörg Vogt, un trader expérimenté, touche lui un salaire similaire, mais a reçu un bonus de 780k € en 2011. Kai-Uwe, un VP dans le trading sur le Forex, gagne un salaire de l’ordre de 130k €, et a reçu un bonus de 180k € il y a deux ans. Rien de tout cela ne semble au final très différent de Londres, où le coût de la vie y est cependant environ 35% plus élevé.

L’étude Rémunérations de Robert Walters 2013 montre par ailleurs une vraie différence de salaires entre les traders basés à Paris et ceux employés à Francfort, à la faveur de ces derniers. Un professionnel doté de 3 à 7 ans d’expérience perçoit sur la première place financière allemande un fixe compris entre 100 et 150 k €, alors que le salaire de ses collègues parisiens avec 5 à 7 ans d’expérience se situe dans la fourchette 60 – 90k €. Des écarts notables sont également constatés pour les postes de middle office, en M&A et dans une moindre mesure sur les postes de sales.

Les rémunérations élevées n’est pas le seul atout de Francfort. De nouveaux chiffres publiés par l’établissement bancaire allemand Helaba révèlent que le marché de l’emploi bancaire francfortois s’est montré robuste dans un contexte de crise financière. Entre le pic de 2008 et le premier trimestre de 2013, Helaba estime que Francfort a perdu 2.500 emplois. À Paris, rappelons qu’à fin 2012 les derniers plans sociaux des quatre grandes banques françaises, à eux-seuls, avaient coûté leur poste à 2.200 personnes, principalement en banque d’investissement. À Londres, le think-tank britannique CEBR estime que 69.000 emplois ont disparu au cours la période 2008-début 2013.

La mauvaise nouvelle ? Helaba pense qu’encore 1.000 emplois pourront être supprimés d’ici à 2015 à Francfort. Un chiffre, soit dit en passant, quasi compensé par les seules 770 créations d’emploi prévues d’ici fin 2014 au siège de la BCE, dont les responsabilités en matière de supervision bancaire en Europe vont être fortement renforcées. Il n’empêche l’étude d’Heleba pointe un marché de l’emploi en banque à Francfort peu profond : il est indiqué que seulement 62.250 banquiers y travaillent. En comparaison, selon TheCityUK, Londres compterait 144.300 emplois dans le secteur bancaire, sans oublier 22.100 emplois dans la gestion de fonds et 191.400 emplois dans la comptabilité et le conseil.

Si vous êtes un financier basé en Europe continentale, il est clairement difficile d’ignorer Londres. Mais si vous parvenez à décrocher un emploi à Francfort, vous pourriez vous retrouver à la fois avec plus d’argent dans votre poche et une forte probabilité de garder votre emploi en cas de gros temps…Et pour ne rien gâcher, la qualité de vie y est bien plus belle qu’à Paris ou à Londres. Dans la dernière étude Mercer des villes européennes les plus agréables à vivre, Francfort – à la 7ème place – est même devant Genève. C’est dire !

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici