☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : Marre de la Banque ? Osez écouter vos rêves !

Francis Binoche

On rejoint la banque pour réussir dans la vie, on la quitte pour réussir sa vie : ce diction populaire fait certainement méditer beaucoup d’entre vous actuellement. En effet, la reprise tant attendue peine à se concrétiser pour les professionnels en finance à la recherche d’un emploi ou simplement tentés par une mobilité. La perspective d’un départ à la retraite, toujours plus lointain, n’améliore pas le tableau.

Pour ceux qui n’ont pas le choix ou seraient mûrs pour la grande aventure, une voie aussi séduisante que périlleuse mérite votre attention : la mise en ceuvre d’un rêve entretenu de longue date, que vous vous décidez enfin à écouter.

Vous êtes persuadé que l’herbe est incontestablement plus verte ailleurs. Votre motivation est de bon augure, mais ne réussit pas qui veut. La réussite de ce plan aventureux suppose de concilier deux qualités : l’audace pour concevoir un projet motivant et la lucidité pour identifier les obstacles à surmonter.

Dans mon entourage, et parmi les banquiers avec qui j’ai pu travailler et conseiller, j’ai vu de nombreux scénarios à l’ceuvre. Voici trois exemples qui me semblent particulièrement riches en enseignement.

1 – Savoir mettre les mains dans le cambouis

Un de mes amis, ex-directeur d’une puissante direction bancaire de la place parisienne avait, depuis sa tendre jeunesse, développé une passion pour les histoires de voyage. Il est aujourd’hui connu, notamment dans les milieux de l’ENA, pour avoir créé il y a 8 ans une librairie de livres anciens à Paris. Il a su abandonner les lambris dorés de son grand bureau pour une boutique moins spacieuse du quartier latin. Tous les jours il peut partager sa passion avec d’autres collectionneurs. Sa principale difficulté a été de se transformer de chef d’orchestre en homme orchestre : le dirigeant de plusieurs centaine de personnes doit aujourd’hui poster lui-même ses livres et répondre sans distinction à des appels téléphoniques ou des interrogations par emails d’un intérêt intellectuel très inégal.

Conseil : projetez votre rêve dans une réalité quotidienne. Réfléchissez bien à la façon dont vous allez gérer la transition grande structure / entreprise mono-personnelle, et les nouvelles contraintes pratiques que cela suppose.

2 – Ne pas uniquement se focaliser sur le scénario de réussite

Un investment banker particulièrement qualifié pour des investissements complexes, célibataire, proche du burn out , voulait quitter Paris. Fort de projections financières très sophistiquées, il décida d’acquérir un hôtel proche d’une petite ville merveilleuse pour y recevoir touristes et séminaires. Pour se donner toutes les chances de réussite, il avait même courageusement fait un stage au sein d’une structure similaire, justement pour éviter les écueils du néophyte qui n’a pas vraiment pris le poul du terrain. Cependant, au bout de sa deuxième année d’exercice, le résultat est très mitigé : le nombre de nuitées est très inférieur à ses brillantes prévisions et il a dû ajuster un train de vie élevé en conséquence.

Conseil : Etablissez un business plan aussi rigoureux que possible. Une fois celui-ci arrêté, divisez par deux les prévisions de recettes de la première année pour pouvoir dormir à peu près tranquille.

3 – Aucune chance sans le soutien de votre entourage

J’ai accompagné, il y a plusieurs années le secrétaire général d’une petite banque spécialisée dans les crédits immobiliers. Il a repris en franchise une agence immobilière dans une région de la Loire à côté de sa résidence secondaire. Son épouse très active localement avec un petit mandat municipal l’a aidé pour le bouche à oreilles . Leur fils, armé d’une formation relative aux Professions Immobilières, l’a rejoint. L’agence est aujourd’hui est désormais bien connue dans la région et devrait surmonter sans difficultés majeures la conjoncture actuelle.

Conseil : les plus beaux rêves sont ceux qui sont partagés par toute votre famille qui y apportera également ses compétences et son énergie. Si votre conjoint n’y croit qu’à moitié, abandonnez tout de suite !

 

Francis Binoche est directeur au sein de Right Management Dirigeant, groupe de conseil en RH appartenant au groupe Manpower. Après une première carrière dans le secteur bancaire, ce consultant senior a rejoint Right Management où depuis 10 ans il accompagne et coache des cadres de haut niveau en mobilité externe, voire interne. Il a publié récemment publié sur notre site une tribune intitulée OPINION : Qui a dit que ces métiers n’étaient pas sexy ?

commentaires (11)

Comments
  1. Partir vendre des churros a Copacabana…

  2. je veux pas dire …. mais bon … Il faut aussi avoir les moyens de vivre ses rêves, ce n’est pas gratuit. L’ex-PDG … L’Investment Banker … L’ex-Secretaire Général n’ont pas pris de grands risques financiers par rapport à leur patrimoine personnel “hypothétique”. Finalement, quitter la banque pour vivre ses rêves est un luxe que seuls ceux qui s’en sont mis suffisamment dans les poches peuvent réaliser.

  3. Phasme: tu aimes rencontrer de nouvelles personnes et te confronter a de nouvelles cultures?

    ;-)

  4. Je pense que personne ne rentre dans la banque par passion reellement et reussir dans ce milieu impitoyable demande une bonne dose de competences qu on a tendance a oublier ; parfait technicien, parfait commercial, parfait administratif, beau diplome et reseau.
    La barriere est haute pour reussir dans ce metier ….et qu est ce que reussir. Gagner des bonus colossaux et mener une vie de misere en frolant le burn out quotidien…qui vous menera de facto a etre pousse dehors un jour quoi qu il arrive

  5. @Rohan : héhé. A l’occasion je fais aussi de la gym mais pas dans un virgin active… :)

  6. @cccc : je peux pas laisser passer ça cher ami(e).

    Dire qu’entrer dans la banque demande des compétences est assez risible, surtout quand on voit la manière dont le recrutement se fait en France.
    Que dire aussi de ceux qui parsemés de leurs diplomes “grandes écoles” ne sont jamais poussés à la porte malgré des catastrophes dans leurs fonctions.
    La barrière est haute pour réussir dans ce domaine ? D’une certaine façon…En France, si on a pas un esprit franchouillard on ne réussit pas dans le métier, c’est certain.

    Pour les candidats potentiels à la banque, regardez “Le Grand Restaurant” de Louis de Funès, imitez son comportement vis à vis de vos supérieurs et vous ferez une brillante carrière dans la banque en métropole.

    Mon conseil est garanti ou remboursé.

  7. @phasme, clairement!!! Connaitre + * – / puissance, racine et la loi normale suffit a faire 99.5% des jobs en banque!

    Apparte, moi je suis chez Virgin Active parce que le paradoxe me plaisait. Bon j’ai ete decu!

  8. @Rohan : le leisure center de Swiss cottage est pas mal…

  9. beaucoup aimerait quitter la banque mais il faut avoir les moyens argents etc!!!!!!!!!!! si j’avais de l’argent je voyagerai autour du monde o:))

  10. Les Banques une vrai arnaque. Ils te promettent des bonus mais les objectifs sont tellement élevées
    Ton directeur de succursale te pousse dans le derriere pour etre une bonne vendeuse et non une bonne conseillere.L’atmosphere est rarement sein, Une directrice qui fait pleurer ses representantes et en plus avec des plaintes les RH font rien WoW…..En tout cas moi j’ai été traité comme de la merde et maintenant je suis en burn out………Toutes mes études pour en arriver la.Je prie le bon Dieu de ne pas retourner dans ce travail. Quoi faire….

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici