☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : « Comment dénicher les chasseurs de têtes les plus efficaces »

sarah-dudney

Lorsque vous essayez de changer d’emploi, un recruteur ou un chasseur de têtes peut s’avérer être un précieux allié. Mais négocier avec un recruteur peut se révéler très frustrant : la plupart des reproches émis par les candidats concerne le manque de feedback des recruteurs – en particulier s’ils sont arrivés jusqu’à la deuxième ou la troisième série d’entretiens avant de se faire éliminer. Ce qui bien sûr génère une réelle frustration. Cependant, vous devez garder à l’esprit que ce n’est pas le recruteur qui recherche un emploi, mais bien vous.

Baser votre recherche d’emploi autour d’une entité ou d’une personne clé ne vous mènera nul part. Au lieu de vous appuyer sur un ou plusieurs recruteurs en attendant qu’ils démarchent à votre place, dans l’état actuel du marché, mieux vaut que vous meniez vos propres recherches aussi loin que possible. Idéalement, au moins 80% de votre temps devrait être consacré à développer et entretenir vos contacts (anciens collègues, contacts clientèle…). En revanche, seulement 20% de votre temps devrait être consacré à relancer les recruteurs.

Cette répartition signifie que les six premiers mois de votre recherche d’emploi sont essentiels. Au cours de cette période, vous devez construire votre réseau.

Quand vous faites appel à des recruteurs, vous avez besoin de garder à l’esprit que ce sont des professionnels très occupés qui travaillent dans un marché très difficile. Les recruteurs sont tout aussi occupés que les avocats ou les comptables. Cependant, à la différence de ces derniers, les recruteurs en finance ne sont généralement payés qu’à la fin – plutôt que pendant leur temps de travail. Ce qui les conduira à se concentrer intensément sur les candidats qui peuvent leur faire toucher une commission.

Lorsque vous êtes en communication avec les recruteurs, les trois facteurs de succès essentiels à prendre en compte sont les suivants :

1. La mise en relation

2. La clarté du message délivré : pouvez-vous donner une idée claire d’où vous en êtes ?

3. L’élaboration d’un plan d’action : comment allez-vous collaborer et communiquer avec eux  ?

1. La mise en relation

Dans la mesure du possible, demandez à vos collègues de vous introniser auprès des recruteurs qu’ils connaissent et avec qui ils aiment travailler. Se servir de leurs références est une façon d’amorcer le dialogue. Le cas échant, vous pouvez toujours passer un appel spontané : les chasseurs de têtes sont généralement attentifs aux candidats qui effectuent cette démarche et ont tendance à leur prêter l’oreille. Téléphoner est toujours mieux qu’envoyer un mail.

Vous voulez aussi que votre recruteur établisse une relation avec vous ? Encore faut-il savoir s’il est suffisamment ouvert et honnête lorsque vous entamez une conversation…

2. La clarté du message

Cette phase est cruciale des deux côtés. Où êtes-vous dans votre recherche d’emploi ? Que cherchez-vous ? Sur quels produits êtes-vous spécialisé ? Quels sont les clients avec qui vous avez travaillé ? Les chasseurs de têtes font appel à des bases de données complexes qui codent tous les aspects de votre carrière. Tout ceci est très utile si vous cherchez simplement à changer d’entreprise, beaucoup moins si vous voulez changer de poste (ex : passer de gestionnaire de fonds à spécialiste produit). Dans la mesure du possible, vous avez besoin de résumer en 5 points vos compétences, réalisations et particularités (ce qui vous rend différent des autres).

A l’inverse, lorsque vous évaluez un recruteur, vérifiez s’il peut facilement expliquer son activité et son domaine d’expertise. Semble t-il être pragmatique et aller directement à l’essentiel ? Est-il un bon vendeur ? Vous pouvez aussi évaluer l’aptitude d’un recruteur en examinant s’il vous pose de bonnes questions sur votre propre carrière. Vous donne t-il l’impression d’avoir une bonne connaissance du marché ? Vous fournit-il de bons tuyaux ?

3. L’élaboration d’un plan d’action efficace

Dans l’idéal, vous souhaiteriez qu’un chasseur de têtes vous consacre 30 minutes pour vous rencontrer ? En réalité, cela peut être un dur combat pour au final ne recevoir qu’un appel et un échange de courriels. Quoiqu’il en soit, tâchez d’établir un plan avec le recruteur et organiser un suivi régulier.

Enfin, lorsque vous êtes entré en contact, avez communiqué un message clair et établi un plan d’action, il vous faudra encore renforcer votre relation avec le chasseur de têtes que vous avez choisi en faisant quelque chose pour lui. Un jour, un chasseur de têtes m’a décrit l’industrie financière comme étant « une personne dépendante de la bonté des étrangers ». Qui peut résister à cela ?

Sarah Dudney est coach chez Ignite Career à la City. Vous pouvez entrer en contact avec elle via son mail sarah@ignitecareer.com ou bien via le site www.ignitecareer.com.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici