☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : Ne perdez pas espoir !

Alors que j’étais en train de visionner à la télévision les images des employés perplexes et fâchés quittant les bureaux de Lehman Brothers le jour de la faillite de la banque, je fus frappé par la remarque que m’adressa un banquier senior : ils ne le savent encore pas, mais pour la plupart d’entre eux, cela se révélera être la meilleure chose qui puisse leur arriver.

Qu’est-ce qui l’a donc incité à dire une chose pareille ? Sa propre expérience personnelle pour commencer. Le fait d’avoir appartenu à une grosse banque qui a fait faillite il y a quelques années l’a obligé à reconsidérer ce qu’il faisait et, pour finir, il s’est retrouvé dans une banque plus petite où il a trouvé son bonheur.

Cela signifie qu’il y aurait une lumière au bout du tunnel pour les financiers touchés par la crise actuelle ? Je pense que la réponse est oui . L’expérience montre que pendant les phases de récession et de marchés baissiers, lorsque le monde semble devenir méconnaissable, émergent souvent de nouvelles opportunités. Ainsi, la période qui a suivi le 11 septembre a montré que plusieurs banquiers d’affaires qui s’étaient spécialisés sur les actions small et midcap ont perdu leur job en même temps que les principaux établissements se retiraient de ce marché. Cependant, cela a été rapidement compensé par l’apparition d’un grand nombre d’établissements plus petits – maisons de courtage indépendantes et boutiques de M&A – désireux de recruter de nouveaux talents.

Les périodes de turbulence comme celles que nous connaissons offrent également des opportunités dans les secteurs directement concernés. Un certain nombre d’organisations, telles que les régulateurs et autres spécialistes des litiges et de l’insolvabilité, cherchent à recruter du personnel avec une expérience de la gestion de crise.

Je ne voudrais pas sous-évaluer le traumatisme dont beaucoup d’employés pourraient souffrir suite aux récents évènements sur les marchés financiers, mais le message est le suivant : ne perdez pas espoir. Vous aurez besoin de penser autrement à propos de votre évolution de carrière et de faire preuve de patience, mais l’expérience montre que de nouvelles opportunités se présenteront à chaque étape. Certains d’entre vous pourraient même en déduire que leur avenir se joue en dehors de la finance. Et alors, si vous finissez par trouver votre bonheur, est-ce forcément une mauvaise chose ?

Stephen Lockley est associé dans la société de conseil en corporate finance Wyvern Partners. Au bout de 30 ans de carrière, il a été le témoin privilégié de plusieurs récessions et des redressements qui en ont découlé.

commentaires (9)

Comments
  1. Tant de mots pour dire en definitive “apres la pluie le beau temps”…

  2. disons après l’orage le temps gris…le beau temps c’est pas tout de suite.Y a qu’à voir le flow réduit d’annonces d’emploi en ce moment. Puis on reprendra les mêmes et on recommencera donc rien ne va changer en fait.

  3. Seb tu ne fais pas mieux , essaye de suivre tes propres principes ca nous évitera de lire trop souvent tes anneries

    Biz

  4. Et les jeunes diplômés qui recherchent une première experience et qui se font virer à la fin de leur stage?

  5. Tu t’es bien fait avoir haha

  6. @ optimiste : cherche un autre stage haha y à que ça sur les sites d’emploi. Le gouvernement devrait autoriser les stages chez les 25-35 ans avec convention signée par l’état haha

  7. “Certains d’entre vous pourraient même en déduire que leur avenir se joue en dehors de la finance”

    cette phrase est terriblement inquiétante…

  8. Il s’agit juste du plus gros orage dans le monde de la finance que les employés aient jamais connus, on est dans le jamais vu alors impossible de prévoir le futur!

  9. A mon avis, je ne crois pas que l’on puisse dire que c’est la crise la plus aigue de l’industrie (en comparaison avec celle de 29) comme on lit trop souvent dans la presse.
    Raison 1 : personne n’a assisté à celle de 29 pour évaluer la sévérité de celle de 07/08 manière objective.
    Raison 2: les conditions de marché ont structurellement changé depuis 29, ce qui ne permet pas de comparer.
    On fait que comparer des choux et des carottes!

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici