☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : Les trois phrases à ne PAS dire à un recruteur après un licenciement

David N. Schwartz

Si vous avez été licencié ces dernières années, vous pouvez vous estimer heureux que cela ne vous soit pas arrivé il y a dix ans. L’industrie des services financiers dans son ensemble a traversé diverses phases de contraction récemment, aussi beaucoup des personnes qui vous feront passer un entretien auront vécu personnellement cette expérience ou connaitront des amis et collègues dans la même situation que vous.

Cela étant dit, il est important de savoir présenter les circonstances de votre licenciement sous son meilleur jour possible. Pour cela, il y a trois types de remarques qu’il faut à tout prix éviter lors d’un entretien au risque de susciter des soupçons chez votre interlocuteur voire de le rebuter complètement.

1 – « Mon employeur et moi, nous nous sommes quittés sur la base d’un différend sur la stratégie/la philosophie du business ». Ceci ne fait généralement pas de sens, et les recruteurs le savent. Car personne ne quitte un emploi pour de tels motifs sans avoir un nouvel emploi derrière.

2 – « Je voulais me libérer du temps pour des raisons personnelles ». Là encore, les recruteurs se montreront sceptiques. Si on veut se libérer du temps pour raisons personnelles – une maladie dans la famille, par exemple – beaucoup d’employeurs sont en mesure de vous accorder un congé exceptionnel ou une autorisation d’absence. La plupart des entreprises n’obligent pas un employé à démissionner pour qu’il puisse avoir du temps pour lui ou pour sa famille.

3 – « J’étais super performant, j’ai été licencié injustement ». S’il y a une phrase que les recruteurs ne veulent pas entendre, c’est bien celle-ci. La majorité des employés vivent ce sentiment d’injustice et sont convaincus que leur employeur n’a pas correctement évalué leur contribution aux résultats de l’entreprise. N’importe quel potentiel employeur voudra s’assurer que vous êtes prêt à tourner la page plutôt que vous soyez occupé à redresser les torts de votre ex-employeur.

Cependant, si vous contestez la procédure de licenciement devant un juge, vous devriez tenir au courant votre potentiel futur employeur – il finira par le savoir de toute manière. Un employeur s’inquiétera du temps que prendra la résolution du litige, car il pourra vous détourner partiellement de vos nouvelles responsabilités. Il y aura évidemment des inquiétudes également sur le fait que vous soyez une personne procédurière par nature ou si le licenciement est réellement litigieux.

Le meilleur conseil en cas de licenciement est de se montrer honnête vis-à-vis de potentiels nouveaux employeurs. Expliquez-leur les faits et persuadez-les que la rancœur est derrière vous et que vous êtes décidé à aller de l’avant dans une nouvelle société. Les employeurs ont les moyens de découvrir la vérité. Aussi mieux vaut être franc et rester positif.

David Schwartz, ancien directeur du recrutement chez Goldman Sachs, est CEO du cabinet de chasse DN Schwarz & Co.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici