☰ Menu eFinancialCareers

Les 2 100 salariés de la BIL et de ses filiales vont avoir droit à un petit bonus

BONUS

Dexia a enfin officialisé la vente de sa filiale Banque Internationale à Luxembourg (BIL) à Precision Capital, une holding appartenant à 90 % à la famille Al Thani du Qatar et à 10 % au Grand-Duché de Luxembourg. « La BIL, qui est une banque d’une importance systémique pour l’économie luxembourgeoise, est désormais plus solidement positionnée pour l’avenir », a affirmé le ministre des Finances luxembourgeois Luc Frieden.

Pour célébrer l’événement, les 2.100 employés de la BIL et de ses filiales se voient verser une « prime de signature » de 1 000 euros bruts. Selon le Tageblatt, le versement de cette prime aurait été décidé lors de négociations. La BIL fait cependant savoir que le versement de la prime à la signature est « courant dans ce genre de dossier » et la décision proviendrait de la direction elle-même (Paperjam.lu).

Cet élan de générosité surprend d’autant plus que les salariés de la KBL, rachetée par la même famille, n’ont rien reçu après le closing de la transaction à la fin juillet. D’ailleurs, les salariés de la BIL ne cohabiteront pas avec ceux de KBL étant donné que toute idée de fusion entre les deux entités a été rejetée par Precision Capital. Deux poids deux mesures ?

Une prime qui tombe à pic

La prime en question qui a tout de même occasionné le déboursement de 2,1 millions d’euros n’est peut-être pas si désintéressée qu’elle ne le paraît à première vue. Elle peut être interprétée comme une volonté d’indiquer aux employés conservés que l’établissement compte toujours sur eux et que le fait d’être désormais sous pavillon qatari n’y change rien. Surtout qu’aucune information n’a filtré sur la politique à venir de la BIL en matière de recrutement. Tout au plus sait-on que sur l’année en cours, 75 embauches ont été prévues.

C’est aussi peut-être aussi une façon de redorer une image quelque peu ternie par les actionnaires minoritaires qui avaient jugé que le prix de vente de 730 millions d’euros n’était pas conforme à la valeur de marché. Résultat : la cession s’est soldée par une perte nette de 199 millions d’euros. L’établissement précise toutefois dans un communiqué que cette perte avait d’ores et déjà été provisionnée dans ses comptes du premier semestre. Ce ne sont pas les heureux bénéficiaires de la prime de signature qui s’en plaindront…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici