☰ Menu eFinancialCareers

Fidelity s’intéresse de plus au plus à Luxembourg au détriment de Londres

L’encadrement réglementaire et fiscal avantageux et surtout constant est souvent mis en avant par la place financière luxembourgeoise comme un véritable atout pour l’industrie de la gestion. Ceci constitue un argument d’autant plus crédible qu’ailleurs, en particulier en Grande-Bretagne, les changements continuels de politiques et de réglementations sont devenus la règle.

C’est le constat pragmatique que semble en tout cas faire Robert Higginbotham, directeur exécutif de Fidelity International et président pour l’Europe, cité aujourd’hui dans le Financial News : Lorsque nous avons réfléchi à développer nos ressources internes pour le futur, nous avons passé en revue un certain nombre de lieux. Lors de ce travail, nous avons notamment pris en considération le système de taxes, les politiques des gouvernements et l’environnement réglementaire. A cet égard, le Royaume-Uni fait valoir de moins en moins d’atouts. Il est tout à fait envisageable qu’en l’espace de 5 ans, nous voyons un rééquilibrage des effectifs en faveur d’autres bureaux au détriment du Royaume-Uni.

Le journal rapporte que les effectifs au Royaume-Uni sont passés d’un pic de 4.000 à 2.000 aujourd’hui, avec 500 emplois supplémentaires qui devront être transférés à l’étranger dans les cinq prochaines années. La Tunisie, l’Inde, la Chine et le Luxembourg seront les principaux bénéficiaires de ces réorganisations, affirme le journal.

Nous ne savons pas encore si, et dans quels délais, nos équipes sont appelées à grandir, cela va dépendre des décisions qui sont en train d’être prises à Londres , nous a confié un porte-parole de Fidelity au Luxembourg.

Les effectifs – entre 200 et 250 personnes actuellement – ont été relativement stables ces dernières années. La Chine et l’Inde devraient davantage bénéficier de cette redistribution des effectifs mais Luxembourg est, sans conteste, un marché très important pour Fidelity, a-t-il conclu.

Le processus de décision pourrait se voir accélérer après l’annonce aujourd’hui de l’arrivée du chief investment officer de Gartmore au poste de global chief investment officer. Dominic Rossi reportera directement à Robert Higginbotham et sera en charge de l’ensemble des divisions au service des investissements sur les marchés actions (portfolio management, recherche, produits dérivés, trading et corporate finance).

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici