☰ Menu eFinancialCareers

Comment votre cerveau anéantit votre recherche d’emploi

Brain in jar


Vous occupez un job satisfaisant mais sans plus ? Vous travaillez dans cette fonction depuis maintenant plusieurs années en attendant que le marché s’améliore afin de trouver quelque chose de mieux ? Vous avez dans le même temps cherché d’autres alternatives sans succès ? Avec le temps qui passe, vous vous sentez un peu coincé ?


Certes, le marché est mauvais mais il existe bel et bien des opportunités à côté desquelles vous pourriez passer à cause de… votre cerveau !


L’effet possession ou « endowment effect »


Le gros problème est l’endowment effect ou notre tendance à accorder une plus grande valeur aux choses que nous possédons déjà (en l’occurrence votre job actuel) qu’à celles que nous ne possédons pas. 
Il s’agit clairement d’un élément rationnel. L’effet possession est associé à l’aversion au risque. Vous êtes familiarisé avec les risques relatifs à votre emploi actuel. Si vous acceptez un nouvel emploi, vous aurez besoin d’une rémunération pour l’incertitude supplémentaire. Cependant, l’effet possession peut également influer de manière préjudiciable sur la façon dont vous allez rechercher un nouveau poste.


Le penchant au « search order » ralentit l’aspect cognitif

En 2007, le psychologue E.J. Johnson de la Columbia University Business School a publié une thèse sur le « search order » dans laquelle il explique que lors d’une transaction, les vendeurs se concentrent trop sur toutes les raisons de garder le produit en question en accordant une attention excessive à ses qualités.


Par conséquent, dans le cas de votre travail, le simple fait de penser que vous pourriez occuper un nouveau poste vous conduira à vous concentrer fortement sur la façon dont tout est parfait là où vous travaillez actuellement. Inversement, lorsque vous achetez quelque chose d’autre (ou cherchez un nouveau job), vous allez commencer en vous concentrant sur tous les aspects négatifs du nouveau poste, qui vont alors occuper une importance disproportionnée dans votre esprit.


En conséquence, vous revaloriserez votre poste actuel plus fortement que toutes les alternatives potentielles – et exigerez une rémunération supplémentaire si vous décidez de bouger.


Les problèmes de « search termination » vous empêchent de considérer toutes les options

Cette année, les implications de l’effet possession ont été élargies. Ce dernier ne concerne pas seulement la façon dont nous évaluons ce que nous avons déjà, mais influe également sur la façon dont nous allons rechercher l’information.


Thorsten Pachur et Benjamin Scheibehenne de l’Université de Bâle ont mené une expérience démontrant que l’effet possession influe sur la façon dont nous recherchons des alternatives. Dans leur expérience, ils ont demandé à des gens de maximiser l’achat ou la vente de billets de loterie. Les probabilités de gains n’étaient pas connues mais les participants étaient invités à effectuer des essais pour connaître la valeur des billets. Ils pouvaient arrêter les essais et recommencer une nouvelle loterie chaque fois qu’ils le souhaitaient.


Les deux chercheurs ont constaté que le moment à partir duquel les participants décidaient d’arrêter le jeu et de passer à une nouvelle loterie dépendait s’ils étaient acheteurs ou vendeurs. Les vendeurs ont arrêté dès qu’ils ont rencontré un lot de valeur. Les acheteurs ont arrêté dès qu’ils ont rencontré un lot de faible valeur.

L’implication en termes de recherche d’emploi est que vous allez vous arrêter dès que vous trouverez un job bien payé. À l’inverse, les recruteurs auront tendance à cesser de rencontrer des candidats dès qu’ils auront trouvé quelqu’un qui semble être d’un bon rapport qualité-prix.

Comment battre votre cerveau


Comment faire pour que votre cerveau ne s’interpose pas entre vous et votre nouvel emploi ?

  1. Passez outre le penchant au « search order » en mettant délibérément l’accent sur les aspects désagréables de ce que vous faites actuellement. Dressez une liste, mémorisez-la et lisez-la avant de vous coucher. Assurez-vous que votre cerveau ne vous amène pas à vous concentrer trop fortement sur les aspects positifs de votre job actuel.
  2. 
Dépassez les problèmes de « search termination » en veillant à ce que vous considériez tous les jobs alternatifs potentiels – et pas seulement ceux qui paient bien. Assurez-vous d’avoir une panoplie d’options. Ajoutez les jobs mal payés mais qui ont du potentiel. Réprimez votre envie d’arrêter de chercher une fois que vous avez identifié quelques jobs bien rémunérés.


Dans les circonstances actuelles, aucune de ces stratégies ne peut vous garantir un job en or mais au moins ont-elles le mérite d’éviter que votre cerveau ne vous cantonne à votre job actuel ad vitam æternam.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici