☰ Menu eFinancialCareers

CV truqués: les recruteurs ne sont pas dupes

S’il est tentant pour les candidats d’embellir un peu le CV qu’ils envoient aux recruteurs, employeurs ou directeurs de MBA, cette pratique devient de plus en plus dangereuse. Les professionnels de la vérification de CV se multiplient, n’épargnant aucun détail.

Stéphane vient de recevoir une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne: il fait partie des heureux admis au MBA d’une prestigieuse université américaine. La mauvaise: il vient d’apprendre que son CV va faire l’objet d’une vérification approfondie par une société spécialisée dans la vérification de candidatures. Sans pour autant avoir radicalement transformé son CV, il a néanmoins fait disparaître un trou de 8 mois entre deux expériences professionnelles … Petit mensonge qui lui vaut le risque d’être découvert par l’université qui l’a recruté et peut-être renvoyé.

Son cas n’est pas isolé et les recruteurs, conscients de ce phénomène, n’hésitent plus à faire appel à des professionnels de la vérification de CV. L’illustration en est le succès que connaît l’activité de vérification de candidatures de la société Kroll Inc. Selon Rupert Emson, directeur du business développement de Kroll Background Worldwide (KBW), la société traiterait ainsi près de 5000 CV par mois en Europe, avec pour principales clientes, les grandes institutions financières mais aussi des industries du domaine de l’énergie, de l’environnement et de la pharmacie, ainsi que des recruteurs.

Cet essor de l’activité de vérification de CV, sous-traitée ou non, peut s’expliquer par plusieurs facteurs. Tout d’abord, juridiquement, et c’est une bonne nouvelle pour le candidat, la charge de la preuve revient à l’employeur. Si le candidat à une embauche est tenu de répondre de bonne foi aux demandes d’informations de l’employeur, ce dernier a tout de même le devoir de s’informer sur le passé professionnel du candidat. Pour la Cour de Cassation, le fait pour l’employeur d’invoquer une falsification du CV ne suffit pas pour entraîner un licenciement pour cause réelle et sérieuse ou pour faire annuler le contrat de travail.

Ensuite, le marché européen offre une plus grande fluidité. La concurrence en matière d’embauche croît, en particulier dans les services financiers. Enfin, les employés mentionnent souvent des expériences et des formations internationales parfois difficiles à évaluer et à vérifier. Comme l’indique Rupert Emson, les employeurs veulent s’assurer qu’ils embauchent effectivement la bonne personne.

Les détectives privés de la vérification de CV

Si vous faites partie des optimistes qui préfèrent courir le risque d’embellir la vérité , vous serez peut-être surpris d’apprendre que vous êtes loin d’être une exception. Selon les chiffres communiqués par la société Kroll, près de 30% des CV faisant l’objet d’une vérification comporteraient une erreur de nature à annuler l’offre d’embauche faite par l’employeur.

Les mensonges les plus courants concerneraient les diplômes, dont le niveau ou la mention est parfois trafiqué. Ils sont, plus rarement, totalement inventés, certains sites internet permettant même d’acheter de faux diplômes. Les candidats transforment aussi leurs expériences professionnelles passées en rallongeant leur durée ou en gonflant leurs responsabilités. Des candidats s’inventent un meilleur niveau de langue, des compétences informatiques, mentent sur leur âge…

Certains employeurs ont parfois la malchance de tomber sur des professionnels du mensonge comme nous l’explique le recruteur Jean-Marie Cousty du cabinet Hudson dont une connaissance, ayant décidé de ne pas faire appel à des professionnels du recrutement, a eu la malchance d’embaucher une comptable frauduleuse dont le CV était créé de toutes pièces.

De l’embellissement à l’escroquerie, les mensonges possibles sont multiples mais si votre vceu est de travailler à un poste de responsabilité, il y a peu de chance pour que vous ne soyez pas démasqué.

Que vérifient les professionnels du recrutement, les employeurs et les MBA ?Si vous postulez dans une banque ou une autre institution financière de ce type, il est possible que votre CV fasse l’objet d’une vérification par une société extérieure du type Kroll Background Worldwide. Rupert Emson explique le processus très fouillé de la vérification des candidatures : nous recevons d’abord le CV ainsi que le formulaire de candidature transmis aux candidats par les banques et nous commençons par comparer les informations contenues dans les deux documents. Il est surprenant que des candidats, souvent inattentifs et incohérents dans leurs mensonges, soient responsables de leur propre disgrâce.

La suite du processus dépend en grande partie de la demande du client et du niveau du poste considéré. Outre les diplômes et les expériences professionnelles, Kroll peut vérifier les références du candidat, son intégrité financière, ses éventuelles faillites, son casier judiciaire (selon les lois du pays)…

Pour des postes à hautes responsabilités et à risque, les vérifications peuvent couvrir les 10 dernières années. Dans tous les cas, Kroll, qui dispose de 200 employés parlant plus de 40 langues, va chercher ses renseignements directement à la source, quel que soit le pays, et rend à ses clients le fruit de ses recherches entre un et 10 jours plus tard selon le niveau de vérification. Impossible de s’inventer une expérience enrichissante dans un pays lointain.

Quid du respect de la vie privée ? Rupert Emson précise que le dispositif de vérification des informations est porté à la connaissance des candidats qui doivent accepter que l’on vérifie la véracité de leur propos, rien n’étant fait sans leur accord.
.

Nombre de cabinets de recrutement réalisent leurs vérifications eux-mêmes. C’est le cas du cabinet Hudson à Paris qui scanne les CV des candidats. Nous demandons à voir les originaux des diplômes et nous vérifions cette information dans les annuaires des écoles. Pour ce qui est des expériences professionnelles, nous demandons aux candidats de nous donner des références possibles. Il est facile d’évaluer la sincérité d’un candidat à la réticence dont il fait preuve explique Jean-Marie Cousty. Les cabinets de recrutement utilisent leur réseau afin de croiser les informations. Jean-Marie Cousty aime également parler à des supérieurs hiérarchiques du candidat ou parfois, à des personnes qui travaillaient sous sa responsabilité. La manière dont s’est comporté un candidat avec ses équipes peut être très enrichissante. J’ai été amené à éliminer deux candidats suite à ce type d’entretiens.

Si vous postulez en MBA, la vérification de votre CV dépendra de l’école que vous convoitez. Les universités américaines font souvent appel à des sociétés extérieures qui passent au crible toutes les informations que vous avez fournies tandis que les écoles françaises et européennes préfèrent jouer la carte de la confiance. Isabelle Cota, directrice des admissions du MBA de HEC, mise surtout sur la proximité entre l’école et les futurs candidats : En vue d’une future préselection nous demandons à ce que nos candidats nous fournissent des documents originaux (résultats de GMAT,TOEFL, lettres de recommandations). A l’occasion des entretiens d’admission, leurs passés professionnels et académiques sont discutés. Il est important de rappeler que lors de la remise du dossier de candidature les candidats le signent, attestant ainsi la véracité et exactitude des documents présentés. Si nous remarquons une fraude après admission nous pouvons la révoquer. Pour Isabelle Cota, l’école rencontre les candidats bien avant leur recrutement et développe une relation de confiance sur la durée permettant d’éliminer les éventuels fraudeurs.

Confiance: condition sine qua non

Quels sont les risques si vous avez menti? Pour Jean-Marie Cousty, c’est éliminatoire : Si je me rends compte qu’un candidat m’a menti sur un point, je peux mettre en doute tout ce qu’il m’a dit . La société Kroll rapporte quant à elle le mensonge à l’institution financière pour laquelle il réalise son étude sans le commenter ni faire de recommandation au client. L’employeur est maître de sa décision mais dans la mesure où la relation de confiance entre employeur et employé est indispensable, il est probable que le candidat verra sa candidature écartée.

L’existence même de ces processus de vérification permettent souvent de dissuader les menteurs pathologiques. Certains recruteurs affirment même n’avoir jamais eu affaire à des fraudeurs. Le conseil de Rupert Emson : traitez votre employeur comme vous aimeriez qu’il vous traite. Discutez avec lui d’une éventuelle particularité de votre CV, ce qui pourra résoudre votre problème.

commentaires (2)

Comments
  1. Pratique en vogue dites vous ! Passez donc chaque adepte/dirigeant/recruteur à la moulinette et osez publier les résultats qu’on se fende la poire !
    Caroline, Nantes 44

  2. voyez l’ancien directeur de centrale paris qui avait menti sur son cv ou encore certains ministres actuels qui ont prétendu avoir fait sc. po ou l’ena…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici