☰ Menu eFinancialCareers

EDITO : Faut-il désormais payer pour se faire embaucher ?

Surfer sur les tendances du marché du recrutement, pourquoi pas. Mais n’y-a-t-il pas des limites à ne pas franchir ?

Les candidatures atypiques voire complètement déjantées font florès. A ce sujet, le banquier-danseur n’avait d’ailleurs pas manqué de susciter notre attention (lire l’article) ! Quand il s’agit de décrocher le job de leur vie, en particulier dans un monde ultra-compétitif comme la banque, les candidats ne sont jamais à court d’idées. Pour preuve cette nouvelle espèce, qui vient de faire une entrée fracassante dans le monde bien huilé des RH : le dealer de CV, un pragmatique qui part du principe que tout s’achète et se vend, y compris une candidature. Jérôme Choain en est le dernier exemple. Cet ingénieur informaticien a créé son site, sur lequel il vend …son CV !

Si c’est grâce à vous que ce CV arrive dans les mains du décideur avec qui je ferais affaire, je verserai jusqu’à 1.000 € en guise de remerciement , affiche-t-il d’emblée,. Avant de préciser : Le défi à relever : me trouver un nouvel emploi de rêve avant le mois de juillet, que je puisse aller faire bronzer mes pitchounes le cceur léger .

Que faut-il en penser ? Jérôme a saisi l’air du temps, au moins pour trois raisons.

1- La cooptation est devenue incontournable pour les métiers liés à l’informatique, en particulier dans le secteur financier. Les SSII en raffolent et ont largement promue la méthode, en raison de la pénurie actuelle de candidats.

2 – La tendance est à une politique des RH plus individualisée, personnalisée, et sociale. Se démarquer de la masse de cette manière peut donc porter ses fruits. Quelle que soit l’issue de sa démarche, Jérôme a déjà créé un buzz sur Internet. Le monde des RH a, ou va, forcément entendre parler de lui.

3 – La chasse exacerbée aux talents en finance doit amener les recruteurs à ouvrir davantage leurs critères de sélection et se concentrer sur les compétences plus que sur les diplômes. Or, quoi de plus efficace qu’une démonstration par l’exemple ? Le site de Jérôme a clairement fait valoir ses aptitudes techniques. En finance, la tâche semble a priori moins évidente. A vous de faire marcher votre imagination.

Reste un point, franchement gênant, et qui je l’espère, ne vous aura pas échappé : le souci éthique soulevé par une telle méthode. Un candidat associé à une banale marchandise, ça peut amuser un moment. Mais un moment seulement. Jérôme, nouveau héros du marketing viral , décrochera-t-il emploi avant Juillet ? Vraisemblablement, mais le sera-t-il pour ses compétences ou parce qu’il aura payé 1.000 euros ?

commentaires (3)

Comments
  1. Cette méthode ne me choque pas, c’est quelque chose d’assez courant dans le milieu de l’informatique où la cooptation est très forte. Habituellement c’est plutôt l’employeur qui paye entre 1000 et 2000€ celui qui lui amènera la personne à embaucher mais peut-être que ce Jérôme ne peux pas profiter d’un réseau de connaissances. Quand je vois son site web, je pense plutôt à un manque de talents mais, pour sa défense, je n’ai pas regardé son CV.

  2. Je suis sur que Jerome s’est bcp amuse en faisant ce site. Cependant, l’effort requis pour trouver un job est phenomenal et en dit long sur la situation de l’emploi en France non ?

  3. Jérôme a bien monté son coup.
    PB : ça marche, et on en parle seulement parce que la formule combinée web + prime est nouvelle.
    Je pense que créer son site pour trouver un job, en particulier en finance, à moins de travailler dans le secteur IT, c’est trop de temps et ça ne sert à rien puisque l’idée et la pratique ne sont pas toutes récentes.
    En revanche, je suis sûr que cette histoire de prime peut faire son chemin …
    Le principe d'”acheter” un job a toutefois ses limites. L’argent permet pas mal de choses, mais ne remplacera jamais les compétences et l’expertise.
    Conclusion : C’est un plus mais pas une fin en soi.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici