☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : « Je vais prendre un congé sabbatique jusqu’au 1er trimestre 2013 »

Cambodia

J’ai travaillé dans le secteur bancaire pendant près d’une décennie, et ses plaisirs commencent à s’émousser. Se lever bêtement aux aurores pour goûter à la joie d’être payé en actions surévaluées ne semble plus en valoir le jeu. Et j’en suis au stade où je pourrais tourner la page comme tant d’autres de mes collègues l’ont fait ces dernières années, si ma rémunération n’en dépendait pas.

Dans les circonstances actuelles, je pense plutôt opter pour un break. Peut-être 9-12 mois : le temps nécessaire pour avoir suffisamment de recul. Je ne parle pas de l’un de ces congés sabbatiques offerts par l’entreprise. Je parle d’un break adéquat. Les bonus sont maigres, si bien qu’il n’y a pas grand-chose à perdre. Ma seule hésitation provient du fait que, avec tant de collègues qui se sont fait licencier, je pourrais passer à côté de l’opportunité d’une promotion rapide.

Se porter volontaire devrait avoir plusieurs avantages. En premier lieu, j’ai l’intention d’être franc avec mon patron et lui expliquer mes intentions (l’envie de voyager et d’étudier). Je m’attends à ce qu’il me propose une augmentation de salaire ou une promotion. Si la contre-offre se confirme, je remettrais mes plans à plus tard.

En partant de mon plein gré (et en clarifiant ce que je veux faire), je vais aussi mettre une certaine distance entre moi et le superflu. J’ai l’intention de dire la vérité à deux ou trois chasseurs de têtes ainsi qu’à un groupe bien défini de collègues plutôt que de les laisser dans l’expectative.

Je vais aussi imprimer toutes les anciennes copies de mes évaluations, noter toutes les informations des sociétés cotées disponibles qui pourront m’aider dans mon cas (tableaux émission ECM Q1, par exemple, pour démontrer l’absence d’activité).

Et lorsque je serai loin ? J’ai l’intention de m’engager dans des activités qui ajoutent de la valeur à mon CV. Une partie de mon temps sera consacrée à apprendre l’arabe. Je prévois aussi de visiter des pays comme le Cambodge, qui sont amenés à se développer dans un proche avenir.

Je n’ai pas l’intention de devenir un chômeur de longue durée. Mon congé sabbatique se terminera au quatrième trimestre 2012, afin de pouvoir être embauché au premier trimestre 2013. Je vais d’ailleurs commencer de façon proactive la planification de mon retour au travail, deux mois à l’avance. Préparé avec soin, un congé sabbatique semble être une option très pertinente, surtout par les temps qui courent.

William Lowe est le pseudonyme d’un banquier, plus tout jeune certes, mais remonté contre l’industrie financière actuelle.

commentaires (2)

Comments
  1. A vous lire on n’a pas franchement le sentiment que vous songez réellement à vous éloigner du milieu, même pour 9 mois.

    J’imagine que vous n’avez jamais connu le chômage quand je lis “Je n’ai pas l’intention de devenir un chômeur de longue durée. Mon congé sabbatique se terminera au quatrième trimestre 2012, afin de pouvoir être embauché au premier trimestre 2013”. Le “programme” est d’ors et déjà planté, vous voila déjà convaincu que vous n’aurez aucune difficulté à retrouver un poste (et lourdement à côté de la plaque).
    On ne choisit pas de devenir chômeur de longue durée. C’est un état que l’on subit, bien malgré soi, compte tenu de la conjoncture et des accidents de la vie. Depuis fin 2008, c’est près d’un demi million de postes en finance qui ont purement et simplement disparu en finance de pars le monde. A votre avis, il faut moins de 3 mois pour se relancer dans ces conditions ?

    De tels propos prêtent vraiment à sourire. Ces 3-4 dernières années, les règles du jeu ont dramatiquement changé et plusieurs générations de diplômés laissés sur le carreau peuvent en témoigner amèrement. Ma banque a disparu fin 2008, depuis je n’ai toujours pas sortie la tête de l’eau et vogue de petits contrats en petits espoirs. Alors cesser déjà d’adopter cette attitude du “CV parfait sans trous” et du “chômeur qui ne veut pas se lever le matin”, parce que la douche risque bien d’être glaciale ;-(

  2. Je salue votre proactivité et votre motivation d’apprendre l’arabe et de prospecter les pays émergents, mais votre salut ne sera pas de revenir en France, mais plutôt de rester dans ces pays émergents. Vous pourriez revenir en 2013 si vous avez un portefeuilles de prospects/clients grâce au développement d’une activité locale, dans le cas contraire, si vous n’avez rien à vendre si ce n’est que l’apprentissage d’une langue, bienvenue à Pôle Emploi.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici