☰ Menu eFinancialCareers

La gestion privée française courtisée par les banques étrangères

Sal. Oppenheim France vient ajouter son nom à la longue liste des 560 sociétés de gestion déjà présentes dans l’Hexagone (Capital.fr). Et pour cause : Dans le domaine de la gestion d’actifs, la France est un pays incontournable, a rappelé François Carlotti, président de Sal. Oppenheim France, lors d’une conférence de presse. C’est le second marché national de la gestion collective avec près de 1 500 milliards d’euros, derrière le Luxembourg.

Fondée en 1789 à Cologne par Salomon Oppenheim junior, cette banque allemande dispose aujourd’hui de 132 milliards d’euros d’actifs sous gestion. L’implantation en France s’est faite via l’acquisition de Financière Atlas, qui devient Sal. Oppenheim France, et Atlas Gestion, rebaptisée Oppenheim Investment Managers.

Des recrutements ont d’ores et déjà été annoncés. François Carlotti ayant débauché une partie de son équipe de Franklin Templeton Investments, notamment Gilles Etcheberrigaray, nommé directeur général délégué, et Stéphane Girardot, qui devient directeur marketing et communication. Deux autres professionnels viennent de chez Edmond de Rothschild Asset Management et Otcex Group (Boursorama).

Un marché estimé à 1 000 milliards

La banque allemande souhaite non seulement devenir un acteur majeur dans la gestion d’actifs mais également dans la gestion de fortune, qu’elle compte développer dans l’Hexagone à partir de 2010. Pour ce faire, au moins cinq personnes seront recrutées d’ici à la fin 2009. François Carlotti rappelle que le marché de la banque privée en France représente plus de 1 000 milliards d’euros et qu’aucun acteur n’y a de position dominante .

Un constat qu’il n’est sans doute pas le seul à dresser. D’autres banques, notamment helvétiques, ont elles aussi pris les devants. L’an dernier, Hottinger a ainsi lancé 1786 Patrimoine, une structure de gestion privée pour clients disposant d’au moins 200 000 €, tandis que le Zurichois EFG International s’est offert Sycomore Gestion Privée. Sans oublier le projet de rapprochement entre Banque Privée Saint-Dominique et La Compagnie 1818 – Banquiers Privés, toujours à l’étude.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici