☰ Menu eFinancialCareers

Le rituel du bonus day affiche triste mine dans les banques françaises

The olden days, when bonuses were not deferred and gratification was immediate

C’est cette semaine que l’épisode des bonus days bat son plein. Les salariés de BNP Paribas ont été les premiers informés, vendredi dernier, du montant de leur bonus individuel au titre de l’année 2011, la banque de la rue d’Antin dévoilant toujours les primes la veille du week-end. « Cela permet aux équipes de profiter du samedi et du dimanche pour célébrer ou au contraire pour digérer la nouvelle », avance un vétéran de la banque (Le Figaro.fr). Pas sûr néanmoins que cette année, l’humeur soit à la fête, BNP Paribas ayant versé des bonus généralement amputés de moitié, dans la droite ligne de ce qu’elle avait annoncé à la mi-février.

La Société Générale a emboîté lundi le pas de sa rivale, s’en tenant elle aussi à ce qu’elle avait annoncé, à savoir des rémunérations variables en baisse de 44% dans l’ensemble du pôle de banque de financement et d’investissement. Chez Crédit Agricole SA (CASA), qui suivra en fin de semaine, son directeur général Jean-Paul Chifflet a déjà indiqué que la baisse des bonus atteindrait jusqu’à 40% dans certaines activités de courtage. Pour Natixis, filiale du groupe BPCE, l’enveloppe des bonus allouée aux preneurs de risques recule de 34%. Au rang des filiales françaises de banques étrangères, rien de mieux n’est à espérer. Chez HSBC France, les bonus seront quasiment nuls en banque de marché (Agefi.fr).

Multiplication des « zéro bonus »

Une banque accusée de ne pas payer assez ses traders, c’est rare. Pourtant c’est bien ce que le syndicat SNB reproche à BNP Paribas. Il a adressé une lettre à l’ensemble de la direction dans laquelle il explique ne pas comprendre pourquoi certains traders n’ont rien touché. L’un des responsables souligne par exemple qu’un tiers des salariés des activités de taux n’ont eu aucun bonus. Il appelle donc la direction à revoir sa copie. Son argument : ils ont travaillé d’arrache pied tout au long de l’année (BFM Business).

Réponse de la direction : cette rémunération est liée à la performance, or les résultats sont en baisse. Cela peut paraître logique, sauf que cette évidence ne s’est imposée que récemment. Les banques ont longtemps été prêtes à tout pour retenir leurs traders quitte à verser des bonus garantis. Aujourd’hui, le contexte à changé. Les banques veulent au contraire réduire leurs effectifs. Les règles aussi ont changé. Le bonus n’est plus un dû, ce qui constitue un changement radical difficile à faire admettre. « Cela laisse présager de nouvelles charrettes, témoigne un trader. Quand on n’a pas de bonus, c’est généralement qu’on a trois mois pour faire ses preuves… »

Cette année, le bonus, c’est votre emploi !

« Le versement fait l’objet d’arbitrages assez nets entre les professionnels, avec des efforts consentis pour en retenir certains », confirme Muriel Moreau, consultante chez CTPartners (Agefi Hebdo). La traditionnelle valse des banquiers suite au versement des bonus risque donc cette année d’être relativement limitée. « Il est encore un peu tôt pour dégager des tendances précises, toutes les banques n’ayant pas encore versé leur bonus, nous indique un chasseur de têtes parisien. Ceci dit, un bon vendeur avec un portefeuille clients bien garni et un P&L conséquent pourra trouver preneur ».

A terme, certains pourraient même être tentés de proposer leurs services aux JPMorgan et autres Goldman Sachs. Elles aussi ont réduit leurs bonus mais dans des proportions souvent bien moindres – de l’ordre de 25% en moyenne – que les banques françaises. Encore faut-il que les « bulge brackets » procèdent à des embauches, ce qui n’est pas vraiment le cas actuellement, la tendance étant plutôt aux licenciements. « Nous estimons que Wall Street supprimera 4 300 emplois cette année », indique dans un communiqué l’agence de contrôle des finances de la ville de New York. De quoi faire réfléchir sérieusement les banquiers français qui auraient des velléités de départ vers les Etats-Unis.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici