☰ Menu eFinancialCareers

INTERVIEW : Jean-Marc Mickeler, associé et responsable de la marque employeur de Deloitte

Jean-Marc Mickeler

Nous avons rencontré Jean-Marc Mickeler à l’occasion de la présentation du baromètre Deloitte / IFOP sur l’Humeur des Jeunes diplômés. Il a bien voulu répondre à quelques-unes de nos questions sur les jeunes diplômés en finance dans les métiers de l’audit et du conseil, sachant que Deloitte prévoit d’embaucher cette année 750 à 800 jeunes diplômés, dont deux tiers de bac + 5 et un tiers de bac + 2/3 pour les métiers de l’expertise comptable. 

eFinancialCareers.fr : Quels sont les profils financiers recherchés (formations, compétences, qualités) par les cabinets d’audit et conseil ?

Jean-Marc Mickeler : Les jeunes diplômés représentent près de 80% des recrutements de Deloitte, essentiellement des profils de niveau bac + 5 dans les domaines de l’audit et du conseil : 60% sont issus d’écoles de commerce, 20% d’écoles d’ingénieurs et 20% d’universités (Master Finance/Gestion, Master Comptabilité, Contrôle, Audit…). Les profils bac + 2/3 sont recrutés dans l’expertise comptable.

Certaines compétences spécifiques sectorielles (Secteur public, Banque, Assurance) ou techniques (Actuariat) sont notamment recherchées. Avoir une double compétence (ingénieur/finance) ou être passé par un Mastère spécialisé est très apprécié.

Au-delà des compétences techniques et théoriques, nous recherchons des potentiels évolutifs, des personnes mobiles, motivées et spontanées, faisant preuve de curiosité et d’esprit entrepreneurial. La capacité à travailler en équipe et un bon niveau d’anglais sont également des éléments déterminants dans notre processus de recrutement.

Quelles sont les missions qui leur sont confiées ?

Les auditeurs juniors interviennent sur des missions d’audit légal et contractuel, leur permettant d’acquérir des compétences à la fois techniques, sectorielles et managériales.

Nous proposons aussi des postes en Conseil et Risk Services (Conseil en management, organisation, transformation de la fonction financière, pilotage des risques, efficacité opérationnelle, conseil en système d’information…) et en Corporate Finance (Conseil en fusion/acquisition, due diligence, diagnostic d’entreprise, évaluation financière, restructuration d’entreprise en difficulté, optimisation du BFR, immobilier, litiges financiers…).

Les besoins de nos clients demeurent très importants dans les secteurs impactés par de nouvelles réglementations, comme la bancassurance, l’énergie ou le secteur public.

Quelles sont leurs rémunérations et leurs perspectives d’évolution ? 

S’agissant de la rémunération, il faut compter entre 31 600 et 42 000 € bruts annuels selon la formation. En termes d’évolution, nous offrons une très grande diversité de missions et nous nous attachons à développer en permanence l’employabilité de nos collaborateurs en investissant dans le développement de leurs compétences, en les aidant à valoriser leur patrimoine professionnel et en leur permettant de mener une carrière au sein du cabinet ou de s’épanouir ensuite dans une autre entreprise.

La mobilité, qu’elle soit sectorielle, inter-métiers ou géographique (Deloitte étant présent dans plus de 150 pays), ouvre également de multiples possibilités de carrière.

Pour conclure, quels conseils donnerez-vous aux jeunes diplômés pour intégrer ces métiers et bien y évoluer ?

Nous analysons la cohérence du parcours des candidats et leur façon de la mettre en valeur. Dans ce cadre, les stages sont très valorisés, voire plus, que le diplôme. Les candidats doivent également faire preuve de capacité à se projeter dans l’entreprise, à évoluer en prenant des responsabilités.

Comments

comments