☰ Menu eFinancialCareers

La Russie offre des opportunités aux financiers… non russes

Russia

Si chez eFinancialCareers, nous avons récemment décidé de lancer un nouveau site entièrement dédié à la Russie (où vous retrouverez des petites annonces, des rubriques d’actualités et de conseils, comme sur le site France), c’est que les opportunités de travail sont bien réelles pour les professionnels de la finance désireux de s’expatrier au pays des tsars. « La Russie est aujourd’hui un marché en plein essor qui bénéficie d’une croissance économique en constante évolution et de la montée en puissance des investissements », rappelait Edouard-François de Lencquesaing, Senior Advisor chez Finance Innovation, à l’occasion d’une récente conférence intitulée « Attractivité et opportunités du marché russe pour les PME TIC & Finance ».

Le vrai paradoxe russe, c’est qu’il y a un important potentiel scientifique qui ne débouche pas sur de l’innovation. « Pourtant, ce marché est encore difficile d’accès aux yeux de nombreuses PME françaises. Or, s’il ne faut pas y aller la fleur au fusil, le marché russe offre de nombreuses opportunités aux entreprises françaises spécialisées dans les nouvelles technologies et les services financiers », poursuit Edouard-François de Lencquesaing.

Des besoins bien réels

« En 2008, la Russie a connu une crise financière très brève mais brutale, engendrant une perte de confiance dans le système bancaire et financier, et qui aujourd’hui doit être complètement refondé », analyse Jean-Louis Truel, Vice-président du Cercle Kondratieff et consultant spécialiste de la Russie et des politiques de développement économique régional. C’est d’autant plus vrai que les dernières élections en Russie ont entraîné une vague de contestations qui pourrait ébranler la confiance déjà ténue des investisseurs dans les institutions du pays.

« Nous constatons une forte demande pour des spécialistes ayant une expérience dans la lutte contre la criminalité financière (lutte contre le blanchiment et due diligence). De plus, les candidats pour ces fonctions devraient avoir une spécialisation géographique, sachant que l’attention se porte essentiellement sur l’Europe de l’Est (la Russie), déclare Audrey Dresen, du cabinet de recrutement Oliver James Associates. Être un spécialiste signifie, dans ce cas, parler couramment la langue et, idéalement, être né dans le pays ou y avoir vécu longtemps ».

Mais pour des fonctions plus généralistes, nul besoin cependant d’être russe, de parler russe ou aimer le bortsch pour travailler dans une banque russe. « Les banques russes sont très contentes d’employer des étrangers. Et le russe n’est pas un pré-requis à l’embauche », confirme Olga Selivanova du cabinet de recrutement Morgan Hunt, à Londres. Et les raisons de travailler pour une banque russe ne manquent pas !

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici