☰ Menu eFinancialCareers

Les big Four continuent de miser sur les juniors

Le secteur audit/conseil ne connaît pas la crise ! Le recrutement bât son plein. Le stage reste une valeur sûre pour intégrer les cabinets.

Les objectifs de recrutement 2007-2008 seront au moins égaux à ceux de l’année passée voire plus importants , peut-on lire dans un récent mémo de PricewaterhouseCoopers consacré aux ressources humaines.

Au total, le recrutement des big Four en France représenterait plus de 3 700 CDI sur 2008, selon les chiffres collectés par eFinancialCareers. Le total se décompose comme suit : 800 embauches sont prévues chez PricewaterhouseCoopers, 850 chez Ernst & Young, 900 pour KPMG, et 1 200 chez Deloitte.

Les big Four continuent de faire la part belle aux jeunes diplômés (entre 50 et 75 % des nouvelles recrues). Les débutants représentent une ressource absolument incontournable. Il nous faut entre 3 et 5 ans pour les former sur une spécialité et les rendre autonomes , précise Antoine de Riedmatten, associé, responsable du recrutement chez Deloitte.

Il faut également mentionner les stagiaires, au nombre de 350 chez E&Y, 400 chez PwC et Deloitte, et 500 chez KPMG. Pour Sylvie Bernard Curie, responsable des ressources humaines de KPMG Audit, le stage, d’une durée de 3 à 6 mois, est un atout pour commencer une carrière dans les métiers du chiffre . Les grandes périodes d’intégration ont lieu principalement en janvier et septembre/octobre. Un stage sur deux, en moyenne, débouche sur un CDI dans le secteur.

De manière générale, l’audit est le domaine le plus demandeur de profils juniors. À titre d’exemple, parmi les 520 jeunes diplômés que PwC souhaite additionner à ses équipes, 300 devraient rejoindre l’audit ; 80 le conseil ; 100 les services aux entrepreneurs et 40 le cabinet d’avocats correspondant (Landwell & Associés).

Pour les stages comme pour les embauches de jeunes diplômés, une formation supérieure (bac + 5) est un prérequis. Les profils grandes écoles de commerce, d’ingénieurs, les instituts d’études politiques et les troisièmes cycles universitaires (audit, finance, contrôle de gestion…) sont les plus convoités.

commentaires (3)

Comments
  1. Sans doute qu’au plan international le Big Four a une bonne politique de recrutement. Mais en Côte d’Ivoire la politique est autre il y a une exclusivité accordée aux jeunes diplômés de Yamoussokro se privant ainsi volontairement d’une grande partie des autres jeunes diplômés, tel les DEFC/DECF dont je fais partie

  2. Vu les difficultés éprouvées pour trouver un emploi dans la finance, est-il judicieux de demander un stage, 2 ans apres la fin de ses études ?

  3. Je pense que c’est un peu pareil partout. En France on priviligie les étudiants d’école de commerce, puis ingenieurs et universitaires, les parcours originaux, les handicapés et enfin les “nouveaux francais”… J’arrive pas à y croire, autant d’années d’études, maitriser des langues étrangeres, etc., pour nada. Y a que sur les sites Internet des big 4 qu’on cherche des parcours originaux ou des personnes qui viennent d’autres horizons.
    Je me suis promis quelque chose, si un jour je devais recruter quelqu’un: si les personnes en face de moi avaient les mêmes competences et des qualités personnelles équivalentes, j’appliquerais ma conception de discriminitation positive et sans quota.
    J’ai revé, c était hier, que tout était possible.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici