☰ Menu eFinancialCareers

Le secteur de l’assurance peine à recruter des jeunes diplômés

Insurance in disctionary

Rare secteur à avoir continué de recruter malgré la crise, l’assurance offre une vaste palette de métiers spécialisés, pour lesquels les besoins sont constants et les opportunités de carrières attrayantes. « L’assurance est un secteur très attractif, déjà parce qu’aujourd’hui il bouge énormément, c’est un secteur en bonne santé et qui met des moyens en terme de formation et de gestion de carrière », estime Yann Pelvet, directeur du cabinet de recrutement Carrières bancaires (News Assurances).

Pourtant, le secteur peine à trouver suffisamment de jeunes diplômés. Dans un entretien à AEF en octobre, Françoise Marié, directrice du recrutement de Generali, expliquait les difficultés des compagnies d’assurance à trouver des jeunes diplômés. La faute à une image peu valorisée de leurs métiers, notamment par rapport à la banque (Le Parisien).

Cependant, les choses pourraient évoluer rapidement au regard des difficultés rencontrées par la banque d’investissement. Les diplômés pourraient être alors tentés de se tourner vers la banque de détail ou l’assurance, où les opportunités d’emploi sont bien plus nombreuses, même si le secteur n’est pas exempt de difficultés : Groupama, qui traverse une période de difficultés, pourrait être contraint de céder plusieurs de ses actifs, tandis que de grand noms du secteur comme Axa ou CNP Assurances sont désormais menacés de dégradation par les agences de notation (Les Echos.fr).

Les ingénieurs sont les bienvenus

Les recruteurs apprécient particulièrement certaines filières. « L’Institut du Management du Risque à Bordeaux et l’Enass proposent pour leur part des bases de connaissances reconnues par les clients. Au même titre, un DESS en Droit des assurances ou en responsabilité civile est également un atout fort pour les candidats », rappelle le cabinet Hays dans son étude sur les tendances générales du recrutement en 2011 dans le secteur de l’assurance.

A ces formations, on peut aujourd’hui ajouter les écoles d’ingénieurs, du fait que les mutuelles se voient contraintes de recruter des profils techniques actuaires pour se mettre à niveau dans le cadre de Solvency 2. Dernier exemple en date : Actuaris a décidé d’ouvrir, au sein de son cabinet, le métier de l’actuariat aux profils ingénieurs. L’idée est d’accueillir dans ses équipes, des profils variés, associant universitaires, actuaires, diplômés de grandes écoles (L’Argus de l’Assurance).

Le cabinet prévoit ainsi le recrutement d’une dizaine de personnes courant 2012, notamment des jeunes diplômés actuaires ou issus d’écoles d’ingénieurs, et propose un parcours d’intégration avec un socle commun et des formations personnalisées et opérationnelles. Les jeunes recrues sont accompagnées par des consultants expérimentés et peuvent prendre part aux missions confiées au cabinet dès leur prise de fonction Qui dit mieux ?

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici