☰ Menu eFinancialCareers

Société Générale confirme une baisse significative des bonus

Afin de renforcer ses fonds propres pour surmonter la crise de la zone euro, la Société Générale ne versera pas de dividendes au titre de l’exercice 2011 et va tailler dans les bonus. Tout comme BNP Paribas, la banque au logo rouge et noir a vu ses résultats fragilisés par la dette grecque, affichant un résultat en baisse de plus de 30% sur le troisième trimestre. C’est la BFI qui a le plus souffert, avec des revenus en baisse de 36,8%. La baisse dans les activités de BFI a été compensée par la banque de détail en France et les services financiers spécialisés , relève un trader parisien (Reuters).

Dans ce contexte, guère étonnant que la banque ait décidé de tailler dans les bonus. Nous travaillons à l’adaptation des métiers les plus impactés par la crise, portant une attention particulière à la maîtrise des coûts, en particulier par un ajustement de notre dispositif et une baisse significative des rémunérations variables au sein de la Banque de Financement et d’Investissement , a indiqué Frédéric Oudéa, le PDG de la banque, dans un communiqué, confirmant ainsi les déclarations qu’il avait déjà faites dans ce sens la semaine dernière.

Des desks inégalement touchés

SG CIB n’a pas précisé quelles activités seraient les plus impactées par ces mesures, ni dans quelle proportion les bonus allaient baisser. Dans ce domaine, les disparités peuvent être fortes, certains desks pourraient même ne recevoir aucun bonus , nous confie un recruteur en finance. Nul besoin cependant d’être devin pour savoir que ce sont les activités de marché, où les bonus sont traditionnellement les plus gros, qui seront les plus touchées, ces dernières ayant enregistré une baisse de 51,3% par rapport au troisième trimestre 2010, tandis que sur la même période les activités de financement et de conseil ont limité la casse avec une baisse de 15,5%. On peut également supputer que dans les activités de marché, les professionnels des Taux, Changes et Matières Premières (-75,9% de baisse des revenus) seront plus touchés encore que ceux des métiers actions (-26%).

Le Rapport sur les politiques et pratiques de rémunération 2010 publié par la banque montre que l’an dernier déjà, le niveau moyen des bonus par personne avait été revu à la baisse, passant de 231k€ en 2009 à 195k€ en 2010, soit une baisse d’un peu plus de 15%, compensée certes à l’époque par une revalorisation du salaire fixe qui a progressé de 24% en un an pour atteindre 109k€. Évidemment, il ne s’agit là que de moyennes et pas de médianes. Quoi qu’il en soit, il est certain que les bonus qui seront versés au titre de l’année 2011 seront bien en dessous de ces niveaux, d’autant plus que les enveloppes globales seront cette fois-ci vérifiées par le gouverneur de la Banque de France. Les heureux bénéficiaires qui ont touché un bonus l’an dernier (27% des effectifs de SG CIB, soit 3 589 personnes) risquent donc de voir leurs rangs sérieusement se restreindre…

commentaires (2)

Comments
  1. allez hop zou tout le monde à la diète ! la crise ça a du bon parce qu’on voit les colosses au pieds d’argile s’écrouler et la “superbe” des anciens rois de la finance fondre comme neige au soleil ! avant il fallait courber l’échine pour rentrer à la soc gen, bientôt ils supplieront les futurs candidats ; bon ils n’en sont pas encore au niveau de natixis qui passe en rafale des offres de stage limite camouflées….c’est à hurler de rire cette période sauf pour les gens en dehors de la finance.

  2. Ils n’ont qu’à arreter de donner des bonus astronomique à moins de 1% des salariés, j’espere que ce ne sont pas les 99% des autres qui vont trinquer pour le reste , mais faut pas rever je crois….

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici