☰ Menu eFinancialCareers

EXTRAITS : Une personne intelligente, érudite et surdiplômée n’est pas à l’abri du TRASH Management

trash management

Vous êtes tous des peigne-culs payés à rien foutre! Il est 12h30 ! Vous n’avez rien à faire ici, ce n’est pas une heure pour faire un pot, j’ai déjà fait 2 plans sociaux cette année, tous ceux qui sont ici feront partie du 3e plan ! C’est tout ce que vous méritez ! Après avoir prononcé ces mots en hurlant, l’homme ressorti de la pièce où se tenait une soixantaine de personnes pétrifiées, les yeux écarquillés, sans voix.

Celui qui vient de quitter la pièce est le dirigeant d’une Entreprise qui vient de diviser ses effectifs par deux (en deux fois) dans l’année en cours, et les personnes rassemblées dans la pièce sont ses collaborateurs rescapés de deux Plans de Sauvegarde de l’Emploi qui sont invités par le CE à fêter la nouvelle année et recevoir… leur cadeau […] Ceci est une belle démonstration de TRASH Management […]

Le TRASH Management prend son origine dans la peur de celui qui le pratique et génère la peur chez ceux qui le subissent […] Quand le stress fait sauter les filtres de la communication normale , les comportements dérapent et ceux qui occupent des fonctions hiérarchiquement dominantes s’autorisent à évacuer leur anxiété sur autrui (et les facteurs anxiogènes de l’économie actuelle ne manquent pas pour justifier cette dérive).

La grande incohérence de ce phénomène qui se répand avec une grande facilité dans les entreprises les plus diverses, c’est que les TRASH Managers exercent de cette façon une pression insoutenable sur ceux qu’ils doivent valoriser et motiver […]

Chacun subit restriction, austérité, pression et multiplication de quotas, crainte de l’avenir conjugués avec l’absence d’écoute, le sentiment d’être méprisé et la peur d’un avenir géré par des décideurs dépassés qui n’acceptent pas la remise en question. On en demande toujours plus pour toujours moins de retour sur l’investissement personnel […]

Avec le TRASH Management, la motivation est entamée, et nous avons vu que la performance résulte de la multiplication des compétences par le niveau de motivation. Or la compétitivité dépend de la capacité de l’Entreprise à renouveler en permanence l’attractivité de son offre par la dynamique et l’implication de ses équipes. Pas de motivation, pas de performance.

Marion Sciarli est l’auteure de TRASH Management, les managers de la peur publié chez Kawa Éditions. Pendant plus de vingt ans, elle a occupé différents postes au sein de comités de direction et directions générales. Elle propose aujourd’hui ses services aux entreprises à travers sa structure atom ressources.

commentaires (4)

Comments
  1. Helas, malgré toutes les formations en management que l’on peut avoir, il semblerait que le nombre de managers tarés ne soit pas en forte diminution…Nous sommes cernés par les chefaillons ridicules qui pensent qu’en hurlant des ordres tout ira mieux et plus vite…Effectivement rien ne vaut un management intelligent et respectueux, stimulant pour fédérer des équipes et arriver à remplir tous les objectifs même en période difficile. Le règne par la terreur est totalement dépassé, inefficace, inutile. A bas les chefs ringards et despotes !!!
    signé un manager adepte des méthodes de management collégiales et participatives dans un ambiance sereine malgré le stress ambiant et la pression.

  2. En cette période de crise , si je comprends bien votre discours , vous êtes un” gentil” manager , mais est-ce que les distributions de bonus s’ils existent dans votre entreprise sont aussi collégiales et participatives ?

  3. je pense aussi qu’un management humain est possible, même en cas de crise. on peut être à l’écoute de ses collaborateurs, les mettre en valeur quand ils performent, tout en leur disant, droit dans les yeux, que cette année, et sans doute les prochaines, l’enveloppe globale est en diminution pour les bonus.
    l’essentiel est de s’être battu pour défendre les intérêts de son équipe : si après il y a restriction budgétaire globale et imposée, on peut le comprendre (a-t-on le choix d’ailleurs)
    dans ma banque, ils nous ont demandé de diminuer d’un niveau des notes de tous, pour justifier la baisse des bonus : grotesque ! en plus de diminuer le bonus, on diminue la valeur affichée du travail fourni…
    l’homo sapiens est définitivement devenu un homo economicus

  4. c’est vrai que ça existe malheureusement c’est même encouragé par les subordonnés qui cherchent sans cesse les honneurs ! Au demeurant, il n’a jamais été aussi difficile d’encadre les équipes quand la conscience professionelle est appellée de la lêche et que le dévouement a un goût amère…

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici