☰ Menu eFinancialCareers

Les chasseurs se portent bien, eux

Si si, tout va bien, en fait. Après les nouvelles déprimantes de la semaine passée avec les annonces de suppressions d’emplois chez BarCap et Credit Suisse, dans la foulée de résultats financiers désolants pour les banques d’investissement, nous étions en quête d’informations réconfortantes.

Et, ces dernières, nous les avons trouvées directement auprès des intéressés, les cabinets de chasse. Les leaders du marché de la City ont enregistré en moyenne un bond de 30% de leurs revenus au premier semestre, selon les estimations du Times de ce matin.

Des cabinets tels Russell Reynolds, Korn/Ferry, Heidrick & Struggles et Egon Zehnder ont tous signé une solide première moitié d’année. Heidrick & Struggles marque, en particulier, une impressionnante hausse de 85% de ses revenus sur un an dans sa practice services financiers, un chiffre annoncé fin juillet lors de la publication de ses résultats du second trimestre. Il reste toutefois du chemin avant un complet rétablissement. Ainsi 343 consultants travaillent aujourd’hui dans le monde pour le cabinet, contre 380 à la même période en 2009.

A Paris, si les cabinets affichent de véritables signes de reprise, ils doivent leur croissance à d’autres secteurs que la finance. Le cabinet Boyden fait ainsi partie des rares cabinets à chercher à se renforcer dans l’industrie financière en embauchant un voire deux consultants. C’est plus pour des raisons d’anticipation de la reprise et de réorganisation interne. Ce qui se passe à Londres ou à New-York n’est pas vrai pour Paris. Le marché y est encore déprimé. La dynamique d’embauche n’est pas si marquée de la part des banques françaises, à l’exception peut-être des réseaux, nuance Marc Lamy, PDG et managing director du cabinet de chasse Boyden France.

Autre exception:Korn/Ferry, qui depuis son rachat du britannique Whitehead Mann l’an passé, affiche de grandes ambitions. Ceci s’étant traduit sur le marché parisien par l’embauche, au début de l’été, d’une ancienne d’Heidrick & Struggles Barbara Valaperti, au sein de la practice finance. Un mouvement symptomatique de la guerre des talents qui a lieu dans ce secteur du recrutement, et plus particulièrement de l’appétit de Korn/Ferry pour les consultants de sa grande rivale.

Jeu de chaises musicales mis à part, il est difficile de ne pas voir les nuages s’accumuler au-dessus des têtes, y compris celles des headhunters, lorsque que l’on sait que l’emploi à Wall Street touche son plus bas niveau depuis 93.

Ces derniers ne nient pas. Nous anticipons toujours une croissance robuste des services financiers, mais pas au même rythme qu’au premier semestre, concède Jim Hinds, managing partner chez Russell Reynolds à Londres, cité dans le Times. Même son de cloche de John Purcell, managing director chez Purcell & Company:maintenant que les revenus de trading sont en baisse, il faut s’attendre à un gel des embauches, a-t-il confié à Bloomberg, avant d’enfoncer le clou:Je ne serais pas surpris de voir des traders perdre à nouveau leur job

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici