☰ Menu eFinancialCareers

Natixis, la revenante, déçoit sur son troisième trimestre

Après deux bons premiers trimestres, Natixis trébuche. Alors que les analystes anticipaient un résultat net de 340 millions d’euros au troisième trimestre, la banque a présenté hier soir un chiffre de 305 millions, en baisse de 16% sur un an.

Notons que la filiale à près de 72% de BPCE a été pénalisée sur son résultat net à hauteur de 75 millions d’euros en raison d’effets comptables exceptionnels, liés en partie à la valorisation de la dette, qui au troisième trimestre 2009 lui avait apporté un gain de 104 millions d’euros.

Mais côté revenus, la baisse est aussi plus prononcée qu’anticipée. Les revenus des réseaux en baisse de 8% sur un trimestre (alors qu’ils ont augmenté de 6% chez BNPP) déçoivent.

Gros gadin sur les actions

Cyril Meilland, analyste chez CA Cheuvreux, cité par Reuters évoque de faibles résultats en particulier dans la BFI .

Contrairement à ses concurrentes SGCIB et BNPP qui ont signé un meilleur T3 que T2, Natixis voit ses revenus baisser de 18% sur le trimestre, affectés surtout par de mauvaises performances sur les actions (-35% contre +95% pour BNP, +79% pour SG et +29% sur une moyenne de 11 banques, selon une étude de Nomura datée du 5 novembre).

Natixis, en revanche, augmente de 11% ses revenus sur les activités FICC (taux, change, matière premières, trésorerie) contre une hausse moyenne de 8%, selon Nomura. Les revenus de ses activités financements sont en baisse de 3% par rapport à T2 mais en hausse de 9% sur un an. La banque fait valoir une bonne performance sur les financements structurés (+22% vs T3-09), portés notamment par des métiers prioritaires tels que Financements de projet (+37%).

Parallèlement, la BFI continue de se serrer la ceinture avec des charges en baisse de 5% sur un trimestre et de 1% sur un an. Son coefficient d’exploitation recule de trois points sur un an à 57%, soit le 2e de sa classe juste derrière BNPP qui enregistre un taux à 52,5% (58,1% chez SG, 59,3% BofA, 65% JPM et DB, 77,2% pour CS et 79,5% chez UBS).

Natixis revient de loin

Evidemment, la banque a été sanctionnée par la bourse avec un titre en baisse de plus 7% ce matin. Depuis le début de l’année, elle gagne toutefois plus de 17% et surperforme l’indice Stoxx 600 des banques européennes en repli de près de 4%.

Et pour cause, la banque française qui a le plus souffert de la crise signe son cinquième trimestre dans le vert. Le résultat avant impôt de la BFI a été multiplié en un an par plus de trois, à 262 millions d’euros. Après avoir supprimé plus de 10% de ses effectifs dans sa banque d’investissement et reçu l’adossement de sa maison-mère BPCE, Natixis porte ainsi son bénéfice à 1,3 milliard sur les neuf premiers mois de l’année, à comparer avec une perte de 2,2 milliards sur la même période en 2009.

De quoi redonner des ailes à la banque, qui ne cache pas son intention de revenir dans le jeu. Pour cela, elle est prête à y mettre les moyens en se montrant notamment plus agressive sur le marché de l’emploi. C’est ce que nous a confié son DRH Alain Delouis, dont nous publierons très prochainement une interview.

commentaires (6)

Comments
  1. Natixis ruinée par la clique des “Frères” qui entourait Charles Milhaud revient en effet de très loin. Je reste étonné qu’aucune action judiciaire n’ait été engagée contre ce dirigeant et les coupe jarrets qui l’entouraient..

  2. Je ne pense pas que ni les frères ni leurs réseaux ont pour éthique professionnelle l’échec.
    Toutefois, il est vrai que les orientations stratégiques du top management sont discutables.
    Natixis, tout comme sa consoeur feu-Calyon, est une banque relativement jeune (naissance 2005) qui a mené et mène une stratégie trop généraliste, c’est un global player,dans un marché de spécialistes/niche player.
    Je ne pense pas qu’on peut prétendre au top ten sans un “fonds de commerce” robuste, c’est-à-dire, un ensemble d’avantages concurrentiels sur lesquels on peut capitaliser (EQD pour la SG, FI & aujourdhui EQD pour BNP-Paris).

  3. En plaçant des “Frères” aux postes clefs, le patron du Groupe Caisse d’Epargne, un quasi autodidacte, n’a pas fait le choix du professionnalisme mais celui du copinage. La franc maçonnerie devrait être publique pour éviter ces dérives de “sociétés secrètes”, réseaux néfastes…De nombreux cadres de haut niveau furent placardisés par les coupe jarrets de Milhaud, d’autres partirent… Les troupes qui restèrent regardèrent avec effarement le parachutage d’individus dont la seule compétence était d’être franc maçons. Sans Edwy Plenel et son site Mediapart, le désastre aurait pu s’aggraver… la crise des subprimes mit fin à ces errements avec une parte énorme pour les petits actionnaires.

    Quand on voit que Milhaud resurgit dans l’équipe de Gaudin ou dans les financements sur la région UPM, il y a de quoi être écceuré.

  4. Je ne suis pas d’accord. Les réseaux maçonniques ne peuvent être la cause de l’échec Natixis, ni de Calyon. Puisque finalement, ce sont des banques très similaires.
    Les banques ont échoué parce que leur business model est mal adapté au marché.
    Par ailleurs, la franc-maçonnique n’est pas néfaste mais que l’on veuille ou pas, l’un des piliers de la République. L’histoire en est témoin.

  5. D’expérience, je peux affirmer que la franc-maçonnerie est un vrai cancer. Aujourd’hui elle ne vise plus qu’à l’intérêt personnel de ses membres quelques en soient les conséquences.
    Quant à l’histoire, elle raconte très bien le passé (mais ne vaut rien pour l’avenir, ceux qui se sont déjà penché sur des problèmes d’évaluation de volatilité future comprendront), et le passé pour Natixis, c’est bien un management pourri par la franc-maçonnerie et une quasi-faillite.
    Quant au business model, s’il a été repensé après le départ des “piliers de la République”, le redressement de la banque s’est amorçé avec le départ des Frères.

    Alors, cher “Anonyme”, à bon entendeur…

  6. Honte à Milhaud et Merindol qui ont négocié la vente d’Ixis dans le dos de Francis Mayer alors hospitalisé ( il doit s’en retourner dans sa tombe aujourd’hui). D’accord avec vous rdu…la franc maconnerie, un vrai cancer qui a mené Ixis à sa perte..

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici