☰ Menu eFinancialCareers

Journal de bord d’un stagiaire en banque privée (épisode 4)

Stephane* a accepté de vous livrer régulièrement, pendant deux mois, ses impressions de stage. Votre feuilleton de l’été en somme. A lire et commenter absolument !

La semaine dernière, je vous ai parlé des trois principaux métiers de la gestion de patrimoine. J’ai néanmoins oublié deux fonctions de support indispensables.

Assistants et spécialistes IT, deux fonctions supports vitales pour les services

1) Les relationship managers, portfolio managers et estate planners sont aidés pour la gestion quotidienne de leurs fonctions respectives par des assistants. Ces derniers ont souvent autant d’expérience que leurs supérieurs, acquise en banque et parfois dans l’industrie, mais ont fait des études plus courtes (bac+3). Ils sont un point de contact important pour les clients lorsqu’ils veulent faire des transactions de moindre importance. Ils doivent également s’assurer que toutes les opérations sont faites dans les règles, en lien avec le middle-office voire le back-office. Ils sont garants de la confidentialité des informations du client et surtout de la bonne gestion de leur patrimoine : lorsqu’ils reçoivent des instructions, ils doivent faire toutes les vérifications nécessaires afin de s’assurer de l’accord du client face et aux risques d’usurpation d’identité, mais aussi de la conformité des opérations (fiscalité, blanchiment d’argent…). Enfin, ils sont responsables de la préparation du reporting, qui est régulièrement fait au client sur l’évolution de son patrimoine, la rentabilité de ses placements, la performance des portfolios managers…

2) Les équipes bénéficient de systèmes informatiques assez complexes et adaptés. Pour les faire fonctionner au mieux, sont présents quelques employés dotés d’une double compétence finance/informatique travaillant au cceur des équipes de private banking. Leurs objectifs ? Anticiper les besoins et attentes de l’équipe et développer les outils nécessaires afin de lui simplifier la vie. Ils sont également amenés à travailler sur les documents présentés aux clients (reporting, propositions de structures juridiques…).

Ces deux fonctions m’apparaissent comme incontournables Je crois qu’elles recouvrent partiellement les travaux qu’un analyste junior peut être amené à effectuer. D’ailleurs, à ce sujet, s’il me semble possible pour un junior d’entrer dans les équipes d’estate planning ou bien de gestion de portefeuille, je doute qu’il y ait un nombre important d’opportunités ailleurs pour eux. Je n’ai rencontré quasiment aucun junior depuis le début de mon stage !

Esprit entrepreneurial

Pour terminer, je voudrais revenir à des aspects un peu plus “humains” : Les traits de caractères que j’ai souvent retrouvés chez mes collègues, leur rythme de travail, leur rapport travail-famille…

Ce qui m’a le plus frappé, c’est l’esprit entrepreneurial de tous ceux que j’ai côtoyés, quel que soit leur niveau hiérarchique. Les supérieurs gèrent leur équipe comme une petite entreprise et j’ai rarement eu le sentiment d’être confronté à une “bureaucratie”. Certains de mes collègues ont travaillé dans de petites structures auparavant ou ont tenté de monter leur propre affaire. Enfin chacun semble se tenir au courant des transformations du secteur pour faire évoluer, à son niveau, la pratique, voire proposer des solutions innovantes, afin d’offrir le meilleur service possible. Cet état d’esprit est assez difficile à exprimer et peut ressembler à un discours corporate banal, mais je le ressens vraiment. Je pense que c’est particulièrement important en private banking dans la mesure où de nombreux clients ne sont pas de riches héritiers mais bien des entrepreneurs qui ont réussi.

Concernant le rythme de travail, l’été est trompeur. Il m’est souvent arrivé de partir le dernier alors qu’il n’était pas 19h. Or il est clair que l’activité est plus dense pendant le reste de l’année. Mes collègues m’ont néanmoins indiqué qu’ils ne travaillent presque jamais le week-end et leurs horaires restent raisonnables : 9h-20h. Ils semblent tous avoir une vie familiale et être assez proches de leurs enfants. Par ailleurs, les hommes ne sont que très légèrement majoritaires dans les fonctions de relationship managers et estate planners. Une fois de plus, je pense que cet équilibre de vie est important : les clients sont des familles, pas des patriarches; des hommes et des femmes épanouis dans leur vie familiale seront donc plus à même de les conseiller sur leurs questions patrimoniales et familiales.
Prochain et dernier épisode la semaine prochaine…

*Le nom a été changé

commentaires (3)

Comments
  1. C’est assez rigolo la fin. On dirait un memoire pipeau d’ecole de commerce.

  2. Je trouve que ce journal devient de plus en plus impersonnel, Stéphane ne livre pas sont ressenti au sein de cette structure. On a l’impression que c’est une brochure d’information sur le private banking.

  3. Moi je trouve ca tres interessant notamment la fin, car etant etudiant on se pose beaucoup de questions sur notre avenir : Banque/Finance ou pas ? Quels debouchés? Quels horaires ? Quelle vie en fonction des horaires et du salaire ? Or sa conclusion est loin d’etre “pipeau” comme tu sembles le dire Joe, mais humaine et primordiale pour lui, moi et bcp d’autres etudiants.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici