☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : Comment choisir votre troisième cycle

Acquérir la spécialisation nécessaire pour une bonne insertion sur le marché de l’emploi, valoriser un profil avec une double compétence (notamment pour les ingénieurs), bénéficier d’un réseau d’anciens… Les raisons de réaliser un troisième cycle de finance ne manquent pas. Alors que le marché se tend et devient toujours plus exigeant, il convient toutefois d’être prudent et de se poser les bonnes questions suffisamment tôt.

Définir vos objectifs professionnels

Selon que vous êtes attiré par la finance de marchés ou bien les fusions-acquisitions, il s’agit de cibler les écoles les mieux adaptées à vos besoins (lire notre encadré Rapide tour d’horizon des 3es cycles les plus en vue ). Celles-ci ne veulent pas d’étudiants cherchant à décrocher un bac + 5 ou bac + 6 à tout prix mais avec un projet professionnel. Il ne s’agit pas de savoir avec exactitude quel poste vous voulez occuper, mais tout du moins être capable de justifier les raisons qui vous poussent à aller dans telle ou telle branche de la finance.

Donner de la maturité à son projet

Les stages restent le meilleur moyen d’apporter des réponses à vos questions et constituent le meilleur des arguments dans un dossier de candidature. Allez aussi à la pêche aux infos (guides métiers, conférences, rencontres avec des professionnels par le biais d’associations de finance, prise de contact avec des anciens de votre école via les annuaires de diplômés…).


Les critères de choix du 3e cycle

Le contenu : Le b. a.-ba ! Analysez le contenu des cours afin de vérifier qu’ils correspondent à la fois à vos attentes et aussi à vos capacités (notamment pour les formations très quantitatives). Se renseigner sur le profil des intervenants est souvent un moyen utile de jauger la qualité d’une formation.

L’image : Interrogez le marché ! Demandez aux professionnels et aux recruteurs les formations qu’ils affectionnent. Ne vous étonnez pas d’entendre toujours les mêmes références (HEC, ESSEC…), les recruteurs aiment les valeurs sûres. Selon les secteurs, les préférences peuvent toutefois diverger. Il existe, par exemple, des formations, notamment universitaires, très appréciées pour les postes les plus techniques (Masters 203 et 104 de Dauphine, Master El-Karoui à Paris VI…).

Master spécialisé vs master 2 : Les masters spécialisés sont des formations dispensées au sein de grandes écoles, destinées à des étudiants de niveau bac + 5, mais aussi à des étudiants bac + 4 avec une expérience professionnelle ou, dans une moindre mesure, à des étudiants bac + 4 justifiant d’un très bon dossier. Le master 2 correspond à la 5e année d’études en université (ex-DEA ou DESS). Certains sont dits professionnels , et d’autres de recherche . Dans les deux cas, ces formations préparent bien à la vie active.

Les frais : Ne vous arrêtez pas sur votre lancée à la vue des frais de scolarité. Les masters spécialisés en grandes écoles sont, en effet, facturés entre 10 000 et 20 000 €. Cependant, les banques accordent facilement des prêts que vous pourrez rembourser très rapidement aux vues des rémunérations du secteur.

France vs étranger : Ne raisonnez pas à l’échelle de l’Hexagone. Les formations outre-Manche, par exemple, sont nombreuses. Mais sachez que votre candidature nécessitera un peu plus de préparation et que les coûts de scolarité sont environ deux fois plus élevés qu’en France.


Quand s’y prendre ?

L’idéal est de mener sa réflexion au moins un an à l’avance. Ensuite, plusieurs stratégies peuvent être adoptées :

– Si vous misez en priorité sur les masters spécialisés de grandes écoles, candidatez de préférence à la première session (en janvier). Vous mettez votre énergie sur ces écoles-ci uniquement, et attendez la réponse (en mars) pour lancer les candidatures dans d’autres écoles à la session d’avril si vous n’avez pas été admis (en tirant les leçons de ce qui n’a pas fonctionné !).

– Si vous misez en priorité sur les universités (candidatures vers mars-avril), sachez que vous n’aurez une réponse qu’au mois de juillet, soit après la date limite des réponses à donner aux grandes écoles.

Quelle stratégie pour avoir les formations de son choix ?

Hiérarchisez vos choix ! Ne retenez qu’entre 3 et 5 formations, qui ont différents niveaux de sélectivité, et soyez clairs avec vos priorités.

Ne vous laissez pas impressionner ! Certaines grandes écoles peuvent donner l’impression qu’il faille avoir une scolarité exemplaire et un parcours linéaire pour avoir ses chances. En réalité, l’originalité de vos parcours est appréciée. Par ailleurs, si certaines universités vous demandent de rédiger un mémoire sur un sujet de leur choix (environ 20 pages) pour candidater, c’est surtout un moyen de ne retenir que les plus motivés.

Rendez-vous aux journées portes ouvertes : Faites-le le plus tôt possible et assistez aux réunions de présentation. Écouter le directeur du master permet de cerner les attentes de votre futur jury, et donc d’orienter correctement votre candidature.


Nicolas Evin est président du Club Finance Paris – Grandes Écoles.

Prochainement sur efinancialcareers.fr : Tout savoir pour réussir vos dossiers de candidature et les oraux .

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici