☰ Menu eFinancialCareers

Frais de scolarité : la France s’achemine-t-elle vers un système anglo-saxon ?

À compter de la rentrée 2010, l’université Paris-Dauphine a indiqué dans un communiqué qu’elle allait diversifier ses ressources financières en augmentant les droits d’inscription de ses étudiants. Une vingtaine de masters, principalement en gestion, sont concernés, soit 1 400 étudiants sur 9 000, à l’exception des boursiers et des handicapés qui seront totalement exonérés.

Les frais pourront s’échelonneront entre 1 500 et 4 000 € par an contre 231 € actuellement. La situation n’a rien à voir avec celle des grandes écoles qui appliquent des droits d’inscription beaucoup plus élevés, de l’ordre de 8 000 € , explique Laurent Batsch, le président de Dauphine (Le Figaro).

Sans même parler des MBA : à l’Insead, par exemple le MBA full time coûte 51 000 € et l’Executive MBA grimpe à 90 000 €. Le record est détenu par le très élitiste Trium MBA, proposé par HEC, la London School of Economics et la Stern University de New York : 93 100 €. À la différence près que ces cursus sont généralement financés par les entreprises (Les Échos).

Un ghetto de riches ?

Aujourd’hui, le coût réel d’un étudiant est 4 fois moins élevé à Paris-Dauphine que dans une business school équivalente à l’étranger , poursuit Laurent Batsch. D’où la nécessité de créer de nouveaux programmes en anglais et recruter des enseignants-chercheurs capables d’enseigner dans la langue de Shakespeare. Sauf que le corps professoral ne l’entend pas de cette oreille.

Je ne suis pas choqué que l’on demande aux étudiants de payer plus, surtout si les frais d’inscription sont progressifs. Ce qui me pose problème, c’est la manière dont on va utiliser ces sommes. Si elles servent à payer des professeurs américains qui demandent des cachets dix fois supérieurs aux nôtres, je ne vois pas l’intérêt , déplore François Rocherieux, professeur d’économie (France Soir).

Les étudiants eux aussi sont divisés sur la réforme qui, selon l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), va transformer Dauphine en ghetto de riches . La première organisation étudiante qui mène depuis de longues années un combat contre la hausse des frais d’inscriptions exige que le gouvernement fasse respecter la loi au moment même où une Charte pour l’égalité des chances dans l’accès aux formations d’excellence vient d’être signée. De quoi refroidir, un certain temps du moins, les autres universités françaises qui seraient tentées d’imiter Dauphine…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici