☰ Menu eFinancialCareers

Credit Agricole CIB enfin sous une meilleure étoile ?

Les banques européennes ont largement pris de court les analystes au second trimestre, dépassant les prévisions avec des résultats solides pour la plupart. Credit Agricole, l’une des banques françaises les plus exposées à la crise grecque à travers sa filiale Emporiki, tient aujourd’hui une place particulière dans ce panorama, tant les attentes à son égard ont été surpassées.

Après un premier trimestre décevant, la banque Crédit Agricole a réalisé au deuxième trimestre un bénéfice net en très forte hausse, à 379 millions d’euros, soit +88,6% sur un an, alors que les analystes tablaient en moyenne sur 264 millions (communiqué).

Des résultats positifs pour la BFI pour le deuxième trimestre consécutif

La banque de financement et d’investissement continue d’être le premier contributeur du Credit Agricole S.A, avec un produit net bancaire plus de 3 milliards sur le premier semestre (en légère baisse sur un an), soit quasiment un tiers des revenus du groupe (à l’exclusion des caisses régionales).

Le plan de recentrage et de développement lancé à l’automne 2008 n’aura donc pas été vain. La BFI présente des résultats positifs, pour le deuxième trimestre consécutif, à 330 millions d’euros. Le rétablissement de l’Ex-Calyon n’est toutefois pas acquis.

Bonne résistance du pôle Actions

A l’image de ses consceurs, les mauvaises performances du pôle Fixed Income tire vers le bas les activités de marchés et d’investissement. Le résultat net de ces dernières est ainsi en chute de 55,8% sur un an au premier semestre. Mais cela aurait pu être pire, la division parvenant tout de même a généré un bénéfice net de 319 millions d’euros au premier semestre.

Explication : le pôle Actions est parvenu à tirer son épingle du jeu, une fois n’est pas coutume. Les revenus sont en hausse de 7% entre le premier et le second trimestre, à 403 millions d’euros. En comparaison, SocGen, leader sur ce segment, enregistrait 357 millions d’euros de revenus, un chiffre en baisse de près de 55% par rapport au premier trimestre.

Les métiers de financement à l’honneur

Comme ailleurs, Credit Agricole CIB doit son redressement au ralentissement des pertes sur les CDO, ABS et autres CLO. Surtout, il faut saluer les excellentes performances des métiers de financement, dont les revenus au premier semestre progressent de plus de 42% sur un an, ce qui en fait la plus belle progression dans ce secteur parmi les banques françaises. Le résultat net est quant à lui multiplié par 7,4, à 579 millions d’euros. La banque confirme à cette occasion son savoir-faire dans les financements structurés (revenus en hausse de 28% sur un an).

Démission du patron de la banque d’affaires

La mauvaise nouvelle de la semaine pour la BFI est la démission de François Kayat, le patron de sa banque d’affaires (primaire action et fusions-acquisitions) quatre ans après avoir rejoint la banque, fort d’un bagage de plus de 20 ans dans ce secteur. La démission aurait été annoncée à ses équipes lundi soir, et confirmée aujourd’hui dans La Tribune, selon qui la banque d’investissement du Crédit Agricole continue de tanguer .

Difficile de savoir si ce départ est lié à l’arrivée du nouveau management dont la proximité avec les caisses régionales est peu appréciée des employés de la banque d’investissement.

Quoi qu’il en soit, il reste du chemin à parcourir à la BFI pour finaliser son rétablissement. Pour cela, la banque investit notamment dans ses systèmes informatiques. Le département Global IT & Operations (GIO) a ainsi prévu cette année, à lui seul, de recruter plus de 200 collaborateurs en France et à l’international.

commentaires (1)

Comments
  1. docteur je dois racheter mes shorts .. ? bon je vais attendre alors!!

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici