☰ Menu eFinancialCareers

L’embellie du marché de l’emploi des jeunes diplômés en finance se poursuit

L’embellie du marché de l’emploi constatée au printemps se confirme cet automne. Tel est le constat de l’édition d’octobre 2010 du baromètre EDHEC – Emploi Jeunes Diplômés, qui mesure tous les 3 mois les intentions de recrutement et recrutement effectifs d’un panel d’entreprises représentant une diversité de secteurs d’activité et de fonctions de management.

Plus des trois quarts des entreprises du panel ont recruté des jeunes diplômés de niveau Master dans les 3 derniers mois et 73 % des entreprises ont l’intention de poursuivre leurs recrutements au prochain trimestre. Mais l’indicateur qui incite le plus à l’optimisme concerne les volumes prévisionnels de recrutement : 48 % recruteront dans les mêmes proportions que le trimestre précédent et 44 % des entreprises vont embaucher un plus grand nombre de jeunes diplômés.

Dans notre baromètre de janvier, les banques ne se prononçaient pas sur leurs intentions d’embauches et après une période pessimiste, étaient encore très attentistes. Dans le baromètre de mai, nous avons senti un léger frémissement, les banques communiquant de nouveau. Une tendance qui se confirme avec le baromètre d’octobre , indique Manuelle Malot, directrice Carrières et Prospective de l’EDHEC.

Les banques recrutent de nouveau

Même s’il n’explose pas encore, le marché a sorti la tête de l’eau comme en témoignent les nombreuses demandes de VIE et graduate programme que nous avons reçues. Autre signe qui ne trompe pas : l’annonce par la Société Générale de la réouverture de son Graduate Programme qu’elle avait suspendu en novembre 2008 , poursuit Manuelle Malot.

L’an dernier, les jeunes diplômés choisissaient la finance d’entreprise et l’Audit comme secteur refuge. Ils reviennent peu à peu vers la banque et l’assurance même si, encore échaudés par la difficulté de convertir leur stage en emploi, ils restent vigilants. Enfin, en matière de rémunération, d’après notre dernière enquête d’insertion, la part fixe des salaires à l’embauche stagne tandis que la part variable est en baisse , commente Manuelle Malot.

De son côté, si l’enquête emploi et carrière réalisée par l’ESSEC entre janvier et avril 2010 auprès des diplômés 2009 met en avant, malgré le contexte économique, une grande stabilité et une insertion professionnelle exceptionnelle, elle constate néanmoins un léger allongement du temps de recherche du premier emploi.

L’international a le vent en poupe

D’après le baromètre de l’Edhec, les recrutements à venir seront situés très majoritairement en France (75 %), mais aussi en Europe (19 %), en Amérique (3 %) et en Asie (3 %). Une tendance que l’on retrouve dans toutes les grandes écoles. 20 % de nos diplômés travaillent à l’étranger dont 31 % au Royaume-Uni , constate ainsi Severine Jauffret, Directeur des Relations Étudiants/Entreprises au sein du Groupe ESSEC.

Si Londres continue d’attirer les jeunes diplômés en finance, la Suisse et notamment Genève devient la deuxième destination financière en Europe, notamment grâce à ses activités de négoce sur matières premières avec de beaux graduate programmes dans des sociétés comme Cargill, Louis-Dreyfus Commodities ou Trafigura , relève Manuelle Malot. De quoi donner des ailes aux apprentis traders candidats à l’expatriation vers la confédération helvétique…

commentaires (1)

Comments
  1. toujours pas facile de capter un job

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici