☰ Menu eFinancialCareers

La banque de détail se rajeunit

La métamorphose des banques françaises se confirme. 20% des effectifs sont à la veille du départ en retraite. Un fort appel d’air pour les jeunes.

Le taux d’embauche – 10,8% en 2006 – devrait poursuivre sa hausse, selon les chiffres livrés mardi 3 juillet par l’Association française des banques (AFB). Entre 2001 et 2006, la part des 55 ans et plus dans les effectifs est passée de 8,7% à 18%. En 2010, ils seront, pour la plupart, partis en retraite. L’âge moyen est stable à 42,3 ans depuis plusieurs années.

On devrait dans les prochaines années assister à un rajeunissement sensible de l’âge moyen , anticipe Daniel Pion, associé au cabinet Deloitte. Les banques ont visiblement anticipé : les moins de 30 ans pèsent déjà pour 20% des effectifs et 68% des recrutements.

Des recrues de plus en plus diplômés

La banque de détail, la branche vécue comme la moins prestigieuse de la finance, monte également en gamme. Les recrutements à niveau bac sont tombés de 20,6% à 12,5% entre 2001 et 2006 au profit des bac+4 ou plus, qui passent de 35,3% à 43%. A présent, un quart des collaborateurs ont ce niveau. Une évolution déterminante pour le secteur financier dans son ensemble. Rappelons qu’un emploi sur deux dans la finance concerne la banque de détail.

Dans les prochaines années, le recrutement de collaborateurs avec des niveaux de diplôme élevés devrait se poursuivre, précise l’AFB dans son rapport annuel. Cette évolution devrait toutefois s’effectuer à un rythme modéré, car la promotion interne permet aussi à des techniciens de devenir cadres, grâce à la formation continue .

Tâches à plus forte valeur ajoutée

Notons que les forces de vente constituent la majorité des effectifs recrutés. La banque se professionnalise de plus en plus. Les clients sont plus exigeants. La technologie évolue et permet d’automatiser les tâches à faible valeur ajoutée, donnant en cela plus de temps aux employés pour des tâches à plus fort contenu, analyse Daniel Pion. Les mieux formés mais aussi les plus mobiles devraient logiquement tirer leur épingle du jeu .

Conséquence déjà visible : le poids des cadres s’accentue au fil des ans pour peser aujourd’hui 41,1% des effectifs contre 58,9% pour les techniciens. Dix ans plus tôt, la proportion était respectivement de 28,5% et 71,5%.

Féminisation

La part des femmes parmi les cadres ne cesse de croître : elles représentent 38 % des cadres en 2006, soit 1,8 point de plus en un an. L’objectif d’un taux de 40 % de femmes parmi les cadres pour 2010, fixé dans l’accord sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes devrait donc être atteint. Les femmes représentent 55,3 % des effectifs en 2006 (54,6 % en 2005) et 57,2 % des embauches.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici